Tribune Vite, passe-moi le ciseau !

L'édito de la semaine est consacré à la réforme territoriale et au projet de fusion des régions.

Publié le : 05/06/2014 à 09:51
Pallasok-copie

On savait que Manuel Valls postulait à la stature de Clémenceau mais on ignorait que le président Hollande se prenait pour le président américain Wilson, l’autre signataire, avec le « Tigre », du fameux traité de Versailles de 1919.Pour toucher du doigt, sans doute, les sensations de leurs idoles, MM. Valls et Hollande se sont résolus à imiter leur coup de ciseau, celui qui découpa, sous la forme du traité, l’Europe après la première guerre.En début de semaine, le président de la République et son Premier ministre ont remodelé la France en 14 régions avec autant d’inculture et d’insuffisance que leurs illustres mentors, le siècle dernier.La mauvaise recette qui mitonna la Tchécoslovaquie, passant bien des identités et cultures au court-bouillon, ou mis sur le gril, avec des ingrédients contraires, la poudrière yougoslave, est resservie par MM. Hollande et Valls. Leur ciseau est aussi maladroit. Il tranche la cohérence et le bon-sens avant d’essuyer ses lames sur l’avenir.

« Un énorme big-bang territorial se prépareen un an et demi, et ne se précipite pas en 15 jours 

C’est d’autant plus vrai que sans même s’étendre sur le raisonnement philosophique qui a présidé au regroupement du Limousin et du Centre, qui continue d’isoler une Bretagne et ses faibles ressources économiques tandis que l’on a voulu créer des régions fortes, qui préfère attacher Toulouse à Montpellier plutôt qu’au voisin bordelais, c’est surtout la méthode qui inquiète et promet des lendemains qui déchantent.Bricolée sur un coin de table entre le thé de 17 h et le drink de 19 h, amendée par les grands féodaux du royaume – pardon de la République – comme sous les derniers Valois, est menée à l’envers.Dans le projet de loi que présentera le gouvernement dans quinze jours, au pas de charge, avant de voir le Sénat basculer à droite à l’automne, il n’y a pas une ligne sur les moyens et les compétences allouées aux futures régions, pas plus sur l’architecture interne de celles-ci.Quid également de toute une administration qu’il faudra mettre au diapason de la réforme ? On pense aux préfectures de région, aux directions régionales des grands services publics.Un gigantesque big-bang territorial se concerte et se prépare en un an et demi. Il ne peut être précipité en 15 jours en guise de réponse à deux défaites électorales et une côte de popularité en berne, en guise d’artifice de communication disant que l’on garde la main…

Photo de Pascal Pallas

Pascal Pallas

Editeur / Rédacteur en chef
Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image