Transports Qui choisit la musique dans le métro à Toulouse (et sur quels critères...) ?

Critères de sélection, musiques censurées, voix occitane... Qui choisit et comment sont programmées les musiques qui passent dans le métro à Toulouse.

Publié le : 18/01/2017 à 08:14
L'entreprise qui programme la playlist est aussi en charge des voix en occitan dans le métro (Photo Tisséo Saada-Schneider)
L'entreprise qui programme la playlist est aussi en charge des voix en occitan dans le métro (Photo Tisséo Saada-Schneider)

Vous êtes-vous déjà posé cette question : qui donc choisit la musique dans le métro à Toulouse ? Il n’est pas rare d’écouter, par exemple, du Maître Gims à 7 h du matin et Lost on you de la chanteuse LP à 19 h… On dit souvent que la musique adoucit les mœurs…

C’est en tout cas la mission d’une société basée à Péchabou (Haute-Garonne), près de Toulouse, en charge d’établir la playlist du jour. Midiscom, spécialisée dans la communication polysensorielle (radio d’enseigne, diffusion de senteurs, solutions tactiles…) est le prestataire historique de Tisséo, la marque commerciale du réseau de transports en commun de Toulouse.

> LIRE AUSSI : Pourquoi ça sent (souvent) mauvais au niveau de la station de métro Argoulets, à Toulouse

Une sélection éclectique

Pour l’anecdote, l’entreprise locale compte plusieurs grands comptes parmi ses clients. En charge de la radio de l’enseigne E. Leclerc, Midiscom est également à l’origine du parfum d’ambiance dans les concessions BMW ou dans les magasins Roche Bobois en France et aux États-Unis.

Une vingtaine de salariés sont employés au sein de Midiscom, qui dispose de son propre studio d’enregistrement au sud de l’agglomération.

La programmation est régulièrement mise à jour afin de tenir compte des nouveautés et des derniers succès musicaux, raconte Thomas Ferret, en charge du marketing pour Midiscom. Il y a un tiers de mises à jour chaque mois. Nos choix sont forcément éclectiques et populaires afin de toucher un large public.

De la pop le matin, du lounge en soirée…

Le style varie selon l’heure de la journée. « La musique est plutôt rythmée le matin, détaille Thomas Ferret. On programme ensuite de la musique lounge le reste de la journée. L’objectif étant d’apaiser et d’éviter de déranger ou d’exciter les gens… »

En moyenne, comptez environ 30 % de pop (singles récents français ou internationaux), 15 % de groove (R’n'B, simply soul), 25 % de lounge et 10 % de jazz. Le reste est consacré à la chanson française, au rock ou à la musique internationale.

« On évite les musiques clivantes »

On évite les musiques clivantes telles le rap ou le metal, reconnait Thomas Ferret. Tout dépend des paroles. Les insultes sont proscrites, cela ne correspond pas à l’image que souhaite véhiculer Tisséo.

Thomas Ferret se rappelle ainsi de la plainte, à l’été 2016, d’un touriste étranger après avoir entendu un titre à succès de The Weeknd dans le métro. « Cette dernière évoquait une relation d’amour violente, indique-t-il. Elle a immédiatement été retirée de notre liste. Soit nous recherchons une version clean, soit nous retirons la musique ».

Une chanteuse baroque pour les annonces dans le métro

La société réalise aussi la plupart des annonces dans le métro. Depuis 2011, la voix du métro (en français, anglais et occitan) est celle de la chanteuse baroque et lyrique Muriel Batbie-Castell. Née à Toulouse, elle enseigne l’occitan, enregistre des disques et donne des concerts dans la région.

Un projet avait été un temps envisagé lors d’un festival humoristique à Toulouse. Il s’agissait de remplacer – temporairement – la voix occitane par celle d’un humoriste connu. On imagine facilement les jeux de mots possibles aux arrêts Trois Cocus ou La Vache.

Hugues-Olivier Dumez

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image