Ils font Toulouse Toulouse. Un groupe d'aventuriers part en expédition dans le cercle polaire

Un groupe d'amis toulousains mettra le cap sur le cercle polaire, le 19 février, afin de rencontrer le peuple Sami et d'étudier l'impact des changements climatiques dans la région.

Publié le : 15/02/2017 à 13:11
Aventurier Cercle Polaire
Une équipe de sept personnes part à la rencontre du peuple Sami dans le cercle polaire. (photo Michel Boubekeur)

Ils sont sept. Ils sont jeunes et motivés. Presque fous diraient certains. Michel, Romain, Patrice, Jérôme, Thomas, Corinne et Magalie mettent les voiles, dimanche 19 février, en direction de la Laponie et du Grand Nord. Ils ne sont que sept, mais ils seront accompagnés de 28 chiens de traîneaux qui les guideront à travers la neige pendant près de dix jours, soit environ 500 kilomètres entre la Norvège, la Finlande et la Russie. Si la petite équipe est composée de férus de sports extrêmes, tous sont issus de milieux professionnels loin de la recherche ou des expéditions.

Nous devrons parcourir entre 50 et 90 km par jour. Nous sommes conscients que ça ne va pas être une partie de plaisir, mais c’est une aventure magnifique, commente Michel à quelques jours du départ.

Le projet Ulminak, mené par ce groupe d’amis, vise à aller à la rencontre d’un des derniers peuples autochtones d’Europe, le peuple Sami, nomades sur les terres du cercle polaire. Les aventuriers devront donc affronter le froid, de -25°C le jour à -40°C la nuit, la faune et ses dangers, mais devront aussi et surtout relever le défi de pouvoir approcher ce peuple.

Une idée du campement des aventuriers lors d'un week-end d'exercice. (photo Thomas Vigliano)
Une idée du campement des aventuriers lors d'un week-end d'exercice. (photo : Thomas Vigliano)

L’impact des changements climatiques sur la vie du peuple Sami

L’objectif de ce périple est d’aller constater les transformations apportées par les changements climatiques dans cette région.

Les peuples nomades sont beaucoup plus impactés par les changements climatiques. En Laponie, la neige tombe avant que la glace n’ait le temps d’être suffisante, ce qui provoque des modifications dans les mouvements des troupeaux, explique Michel.

Munis de caméras, drones et appareils photos, l’équipe filmera tout au long du voyage.

La naissance du projet

Ce projet un peu périlleux démarre lorsque Michel, adepte des sports extrêmes, réalise son premier baptême de « musher », guide de chien de traîneau, sous la direction de Patrice en Ariège.

Les « mushers » ont tous comme rêve d’aller en Alaska ou dans le Grand Nord. Très vite, Patrice m’en a parlé et m’a proposé de l’accompagner dans une expédition où je devrais filmer, se souvient Michel.

Le projet est lancé et l’équipe s’agrandit. L’association Tanak Aventures est créée et la petite équipe part à la recherche de sponsors. Et seulement neuf mois plus tard, les aventuriers sont prêts à en découdre avec le grand froid.

L'équipe de Tannak Aventures teste son matériel lors d'un week-end à la montagne. (photo Michel Boubekeur)
L'équipe de Tannak Aventures teste son matériel lors d'un week-end à la montagne. (photo : Michel Boubekeur)

Les nouvelles technologies au coeur de l’aventure

De nombreuses entreprises se sont associées au projet de Tanak Aventures. Notamment Sigfox, société toulousaine spécialisée dans l’Internet des objets. Celle-ci leur a d’ailleurs fourni des colliers pour chiens transmetteurs de points GPS ou autres informations, qui puisent leur énergie sur celle du chien. Mais aussi panneau solaire, poêle chauffant la batterie de la « pulka », gros traîneau, et matériels en tout genre vont accompagner la petite expédition.

> LIRE AUSSI : Sigfox : l’Internet des Objets pour connecter l’Antarctique et protéger les autres

L’équipe a également passé un partenariat avec la mairie et six écoles de Toulouse. Ces élèves de primaire sont d’ores et déjà associés à l’aventure, et travaillent sur le projet dans différentes matières. Le film documentaire du périple sera projeté dans les classes à leur retour.

Un film documentaire

Un film documentaire de 52 minutes devra donc conclure ce projet un peu fou. Une projection officielle devrait avoir lieu le 15 mai au centre Canopé de Toulouse. En attendant, vous pouvez suivre les aventures de l’expédition Ulminak sur leur page Facebook.

Lola Monset

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image