Actualité À Toulouse, le TFC commence l'année par un tacle sur la pelouse du Stadium

Le dernier tweet du Toulouse Football Club (TFC) n'est pas passé inaperçu. Les Toulousains se moquent de leur propre pelouse...

Publié le : 04/01/2017 à 07:16
En trois ans, déjà 2 millions d'euros ont été dépensés pour la pelouse du Stadium (Photo P. P. / Côté Toulouse)
En trois ans, déjà deux millions d'euros ont été dépensés pour la pelouse du Stadium. (Photo : P.P./Côté Toulouse)

Les Violets rient jaune, et le font savoir. Le Toulouse Football Club vient en effet de commencer l’année par un tacle virulent.

Visiblement, le club présidé par Olivier Sadran ne semble pas avoir été emballé par la dernière victoire du Stade Toulousain au Stadium. Le jardinier non plus. Le 31 décembre 2016, à l’occasion de la 15e journée du Top 14, les Rouge et Noir y affrontaient le leader Clermont.

> LIRE AUSSI : Top 14. Face au leader Clermont, le Stade Toulousain termine l’année en beauté

Toulouse accueille Marseille dimanche

Résultat : mottes de terre et trous d’herbe en pagaille. Un constat que le club de foot – qui accueille l’Olympique de Marseille, dimanche 8 janvier, en Coupe de France – n’a pas manqué de relayer sur les réseaux sociaux, non sans ironie, soulignant que la pelouse semble aussi âgée que le club.

Le tweet serait humoristique si la pelouse n’avait pas été changée récemment après l’attaque d’un champignon. Toulouse Métropole, propriétaire du Stadium, a déjà déboursé 460 000 euros à l’automne 2016 pour son remplacement.

Pis, ce changement était intervenu un an après d’importants travaux pour accueillir des matches de l’Euro à Toulouse. Longtemps décriée, la pelouse s’était alors transformée en surface de billard. Un investissement d’environ 1,4 million d’euros.

Au total, déjà deux millions d’euros dépensés en trois ans

Le chantier était de taille : il s’agissait d’une nouvelle pelouse hybride soigneusement plaquée sur un substrat de nouvelle génération pour donner à l’aire de jeu souplesse et résistance.

Côté résistance, il y a encore du travail. Au total, en deux ans, les contribuables toulousains auront déjà dépensé plus de deux millions d’euros pour cette fameuse pelouse. Toulouse Métropole et le TFC sont actuellement en négociation afin de permettre au club de récupérer la gestion de la pelouse.

> LIRE AUSSI : Stadium de Toulouse : il faut finalement changer la pelouse !

Nous discutons depuis quelques temps avec le TFC au sujet de cette convention qui court jusqu’à 2020, reconnait Romuald Pagnucco, vice-président de Toulouse Métropole, en charge du dossier. La métropole demande des garanties aux dirigeants du club concernant les conditions d’utilisation, notamment pour les concerts ou les matches du Stade Toulousain.

Au passage, l’élu toulousain s’interroge quant aux moyens financiers à mettre en œuvre pour rivaliser avec les pelouses des stades anglais ou des villes du nord de la France. « Sans parler de l’impact environnemental », ajoute Romuald Pagnucco. À Toulouse, une équipe de six jardiniers municipaux s’occupe de l’entretien de la pelouse.

Une pelouse 4 étoiles à Paris

Si la pelouse n’est pas parfaite, elle s’améliore sans cesse, souligne l’élu. Mais cela reste un être vivant, sujet aux aléas climatiques. Nous avons la chance d’avoir un stade dans le centre-ville mais situé à hauteur de la Garonne. Les travaux effectués avant l’Euro ont permis de réguler l’hydrométrie de la pelouse. En revanche, le climat est celui d’une ville du sud, et non celui des stades anglais réputés pour leur gazon.

Toutefois, difficile de ne pas jalouser la pelouse du Parc des Princes. Qu’il pleuve, qu’il neige ou qu’il gèle, cette dernière suscite l’admiration des clubs. La pelouse y est chauffée ! Le PSG a mis en place un système de résistances électriques qui s’activent lorsque la température extérieure passe sous les trois degrés. Elle bénéficie aussi d’un nouveau système d’arrosage et fait l’objet de séances de luminothérapie : chaque parcelle de terrain passe plusieurs heures sous les lampes afin de favoriser la repousse.

Il faut l’admettre aussi, ce n’est pas le même budget !

Hugues-Olivier Dumez

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image