Ils font Toulouse Toulouse Clean Up : c'est l'heure du test pour la machine à dépolluer la Garonne

Vendredi 27 janvier, le FabLab Artilect et la Fondation Orange ont présenté la machine à dépolluer la Garonne, qui va être testée durant quatre mois. Les détails du projet.

Publié le : 29/01/2017 à 17:32
Toulouse Clean Up, Garonne, dépollution, écologie, Toulouse, FabLab Artilect
Les « makers » avec la machine à dépolluer la Garonne, qu'ils testeront de février à mai 2017 (Photo : DR)

Que c’est beau un monde innovant, jeune, plein d’idées rafraîchissantes. Au cours de l’année 2016, les Toulousain(e)s n’ont pas ménagé leurs efforts pour réfléchir à de nouvelles solutions pour préserver l’environnement, améliorer le fonctionnement de notre société.

> LIRE AUSSI : [Rétro] Ces dix initiatives locales qui ont marqué Toulouse en 2016

FabLab Artilect et Fondation Orange

Parmi ces idées qui font bouger Toulouse, figurait celle de Toulouse Clean Up, portée par des jeunes « makers » de la Mission Locale et de l’association Trajectoire vers l’Emploi au sein du FabLab Artilect et en partenariat avec la Fondation Orange.

Les acteurs du projet vont tester la machine à dépolluer la Garonne de février à mai 2017 (Photo : DR)
Les acteurs du projet sont motivés dans cette aventure ! (Photo : DR)

Toulouse Clean Up, c’est une machine autonome permettant de nettoyer la Garonne de ses déchets plastiques et de stopper leur course vers la mer. Le genre d’initiative bienvenue, puisque les déchets plastiques transportés par la Garonne finissent tout droit dans l’océan Atlantique, plus précisément dans le gyre Atlantique Nord.

Un test « concluant » en juin 2016…

La pollution fluviale de la Garonne est une triste réalité puisqu’un test réalisé en juin 2016 sur le pont de Blagnac, à l’aide d’un filet, a permis de récupérer, en neuf jours, une centaine de bouteilles, un ballon… et un vélo !

> LIRE AUSSI : Toulouse Clean Up : un projet de machine à dépolluer la Garonne

Maquette de Toulouse Clean Up, avec ses roues à aubes, ses pièces d'engrenages... (Photo : DR)
Maquette de Toulouse Clean Up, avec ses roues à aubes, ses pièces d'engrenages... (Photo : DR)

Vendredi 27 janvier, les acteurs du projet ont présenté la machine en détails. Cette dernière est composée d’un barrage à deux ailes en V et d’un récupérateur situé en bout du V.

Le barrage permet de guider les bouteilles plastiques vers le récupérateur, qui fonctionne à la force du courant. Aucune autre énergie n’est utilisée, mise à part l’énergie propre de la Garonne comme les moulins à eau qui longeaient la Garonne d’Antan, expliquent les porteurs du projet.

La machine pourra supporter 600 kg de pression

Autre atout écolo de Toulouse Clean Up : le récupérateur est lui-même constitué de bouteilles de plastiques récupérées avec 210 bouteilles par flotteur, soit 420 bouteilles. Un récupérateur qui pourra supporter jusqu’à 600 kg de pression.

Premier essai de février à mai 2017

Après plusieurs mois de travail, la machine à dépolluer la Garonne va être testée de façon grandeur nature entre le mois de février et mai 2017. De juin à septembre, les acteurs de Toulouse Clean Up vont installer le récupérateur sur la Garonne avant une grande action de sensibilisation prévue à l’automne.

Photo de Anthony Assemat

Anthony Assemat

Journaliste, chef d'édition à Côté Toulouse
Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image