Histoire/Patrimoine À Toulouse, une association s'inquiète de la possible démolition d'un hôtel particulier du XXe siècle

« Parcours d'architecture » a contacté la mairie et la Drac afin de les sensibiliser à la destruction possible d'une maison du XXe siècle, située sur le Grand Rond, à Toulouse.

Publié le : 29/01/2017 à 11:16
Maison square Boulingrin Toulouse (Capture d'écran : Google Maps)
Cette maison de l'architecte Edmond Pilette, qui date de 1932 et située au 1, square Boulingrin, serait menacée de démolition. (Capture d'écran : Google Maps)

Elle fait l’angle du square Boulingrin et des allées François-Verdier. Sur le rond-point du Grand Rond, à Toulouse, cet hôtel particulier aux briques jaunes et blanches dénote entre ses deux immeubles voisins. Mais cette maison, de style Art déco, construite en 1932 d’après les plans de l’architecte toulousain Edmond Pilette, serait vouée à la démolition.

C’est en tout cas ce qu’avance l’association toulousaine Parcours d’architecture, qui n’en est pas à sa première alerte pour la protection du patrimoine de la Ville rose.

> LIRE AUSSI : Protection du patrimoine. Une association s’inquiète de la démolition d’un immeuble, à Toulouse

Une source à la mairie de Toulouse nous a confirmé qu’une demande de permis de construction à cette adresse (qui vaut démolition de la bâtisse si elle est acceptée, ndlr) était en cours d’instruction par les services de l’urbanisme, confie Jocelyn Lermé, président de l’association Parcours d’architecture.

La mairie et la Drac alertées

L’association, qui s’inquiète de la possible démolition de cette bâtisse du patrimoine toulousain, a donc alerté la Direction régionale des affaires culturelles (Drac) et la mairie. « Cette bâtisse témoigne d’une tentative de réinventer, au XXe siècle, la notion d’hôtel particulier (…). Je ne peux me résoudre à croire qu’un élément aussi identifié et reconnu de notre patrimoine soit voué à la disparition », a écrit Jocelyn Lermé dans une lettre adressée à la Drac.

Contactés, les services de l’urbanisme n’ont cependant pas confirmé qu’une telle demande de permis était dans leurs dossiers. Jocelyn Lermé, sûr de ses sources, espère néanmoins que le courrier de son association incitera la mairie et la Drac à se rapprocher pour éviter que l’hôtel particulier du 1, square Boulingrin ne disparaisse.

Si jamais le permis était accordé, nous avons deux mois pour faire un recours et le recours, on le fera, prévient Jocelyn Lermé.

La bâtisse référencée dans le patrimoine toulousain

Selon Parcours d’architecture, la demande de permis déposée comprend la démolition de l’hôtel particulier et la construction d’un nouveau bâtiment, du même niveau que les deux immeubles voisins.

La Drac de son côté, n’a pas encore pris connaissance du courrier. Contactée, elle avance craindre cependant ne pas pouvoir « faire grand-chose », étant donné que le bâtiment n’est pas protégé au titre des monuments historiques. Néanmoins, l’hôtel particulier est référencé par une étude conduite par la Drac et identifié comme élément remarquable du patrimoine toulousain pour ses qualités architecturales. Affaire à suivre.

Caroline Muller

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image