Rugby Top 14. Contre La Rochelle, le Stade Toulousain court le danger de manquer les phases finales

Dimanche 5 mars, le Stade Toulousain reçoit La Rochelle à Ernest-Wallon. Une rencontre à haute pression pour les Rouge et Noir, pour l'instant hors du coup pour les phases finales.

Publié le : 04/03/2017 à 15:20
Tolofua, Stade toulousain, La Rochelle, rugby, Top 14, Bouscatel, Ernest-Wallon
Tolofua, McAlister et leurs coéquipiers n'ont pas le choix face à La Rochelle s'ils veulent rester en course pour les phases finales cette saison (Photo : Twitter/cc/Stade toulousain)

Peur sur Ernest-Wallon. Ce pourrait être le titre du prochain film pour le Stade Toulousain. Dimanche 5 mars 2017 (coup d’envoi à 17 h), les Rouge et Noir recevront La Rochelle pour le compte de la 19e journée de Top 14. Un match qui s’annonce à hauts risques pour les hommes d’Ugo Mola.

Déjà deux défaites à domicile

Huitièmes à quatre points de Pau, 6e et dernier barragiste, les Toulousains n’ont pas d’autre choix face à La Rochelle que la gagne. Déjà défaits deux fois à domicile face à Toulon (32-15) et… Pau (20-10), le danger est réel : celui de voir passer le train des phases finales, chose qui n’est plus arrivée depuis plus de 40 ans dans le club aux 19 Boucliers de Brennus.

D’autant que le scénario des matches des concurrents (Pau se déplace à Bayonne, le Racing à Grenoble et Montpellier à Lyon, soit les trois plus faibles formations du championnat), laisserait à penser qu’en cas de carton plein de leur part, une défaite des Rouge et Noir condamnerait quasiment ces derniers…

La Rochelle, costaud à l’extérieur

Mais les principales inquiétudes du Stade Toulousain demeurent les forces en présences, entre La Rochelle, et… le Stade Toulousain. D’abord La Rochelle. Les Maritimes, co-leaders avec Clermont, sont l’épouvantail du Top 14 avec seulement quatre défaites au compteur, sont costauds et leurs dernières prestations ne rassureront pas les supporters du Stade. Déjà vainqueurs à Toulon et Castres cette saison, passés proches d’un exploit à Montpellier à cause de la célèbre boulette de son arrière Bouldoire, ils inspirent une crainte légitime.

Avec un pack de fer (Atonio, Vito, Gourdon…) une charnière costaud avec l’épais Januarie en 9 et un numéro 10 toujours aussi vert et clairvoyant (l’ancien Clermontois James), sans oublier des arrières dans le bon tempo (rendons hommage au travail de l’ancien ailier toulousain Xavier Garbajosa), ça promet… « La Rochelle est une équipe très puissante, très lourde. C’est aujourd’hui une belle équipe qui pratique un rugby efficace », souligne William Servat, l’entraîneur des avants.

Servat : « On a besoin de se retrouver et d’exister »

Mais Servat et le Stade tentent de ne pas dramatiser outre-mesure les enjeux de ce choc.

Le match face à La Rochelle est important, mais comme l’ensemble des matchs restants. Nous allons essayer de faire plus que rivaliser. Ce sera un match d’une belle intensité ! On a besoin de se retrouver et d’exister.

Contre le co-leader du Top 14, Toulouse pourra compter sur le retour de Dusautoir, Aldegheri et Pérez, ainsi que sur les internationaux Baille, Tolofua, David, Doussain et Richie Gray.

Vidéo de présentation de Stade-La Rochelle :

Le nouveau groupe de supporters sera présent !

Fin 2016, nous vous annoncions la volonté de trois fanas du Stade Toulousain de créer un nouveau groupe de supporters pour « remettre de l’ambiance au stade ».
C’est avec satisfaction qu’Eric Clouzet, l’un des fers de lance du projet, annonce que ce nouveau groupe fera entendre sa voix contre La Rochelle, dimanche 5 mars. « Nous serons une vingtaine pour débuter. On va réveiller le Wallon ! »

Photo de Anthony Assemat

Anthony Assemat

Journaliste, chef d'édition à Côté Toulouse
Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image