Actualité Tisséo lance une campagne d'envergure contre la fraude dans les transports en commun, à Toulouse

Davantage d'agents de sécurité, des amendes plus fortes, de l'affichage… Tisséo lance une vaste campagne de lutte contre la fraude et les incivilités lundi 15 mai 2017, à Toulouse.

Publié le : 15/05/2017 à 14:29
fraude tisséo
Tisséo lance une campagne de lutte contre la fraude dans les transports publics, qui coûte cher à la collectivité, à Toulouse. (Photo d'illustration : Tisséo)

Avec ses deux lignes de métro, deux lignes de tramway et 140 lignes de bus, Tisséo enregistre sur la métropole près de 180 millions de validations de titres de transport en 2016. Cette évolution des lignes et du nombre de voyageurs signifie également une augmentation du nombre de fraudeurs, notamment sur les lignes de métro.

Des chiffres en hausse

En 2016, 16 000 procès-verbaux ont notamment été dressés, et la fraude est estimée à 7 % des voyageurs. Tisséo évalue ses pertes, dues à la fraude, à près de 10 millions d’euros par an, soit plus de 27 000 euros par jour.

Sur 500 000 voyageurs quotidiens, cela signifie que plus de 26 000 usagers, chaque jour, ne paient pas le service qu’ils utilisent, ajoute l’opération de transports publics de l’agglomération toulousaine.

Un plan d’envergure

Tisséo a donc annoncé lundi 15 mai 2017 la mise en place d’une campagne de lutte contre la fraude et les comportements déviants, pour un budget de 1,5 million d’euros, dont les mesures prennent effet dès lundi 15 mai.

Cette campagne se déroule en deux phases. La première court jusqu’au dimanche 16 juillet 2017 et s’interrompt au moment de la fermeture de la ligne A du métro.

> LIRE AUSSI : Toulouse. Voici comment vous allez circuler quand la ligne A du métro sera arrêtée cet été

La seconde prendra effet du 25 septembre au 15 décembre 2017. Au terme de cette campagne, une enquête sera effectuée afin d’évaluer l’efficacité de ces nouvelles mesures.

Nous pensons réduire la fraude de 2 à 3 % avec ces nouvelles mesures. Ce qui devrait nous permettre de récupérer 2 à 3 millions d’euros sur l’année, commente Marc Del Borrello, président de Tisséo Epic. On ne la réduira pas à 0, il existe un niveau incompressible.

Qui sont les fraudeurs ?

Selon la société de transports, il n’y aurait pas de profil type de fraudeur. Il s’agirait de “Monsieur tout le monde”. D’après les chiffres de la compagnie, « certaines personnes en fraude un jour pourront être en règle le lendemain, ou l’ont été la veille ». Seulement 3 à 5 % des voyageurs ont un comportement de fraude avéré et durable dans le temps ».

Les comportements déviants

En plus de la fraude, Tisséo souhaite davantage réprimander les comportements contestataires et agressifs.

> LIRE AUSSI : Tisséo lance une campagne « trash » contre le harcèlement sexiste dans les transports, à Toulouse

Dorénavant, comme la fraude, la compagnie fait savoir que ces infractions comportementales seront sanctionnées et pourront même faire l’objet d’un dépôt de plainte, en cas de dommage matériel pour Tisséo.

De même que pour la fraude, la présence humaine, contrôleur ou chauffeur, favoriserait le respect des règles du vivre-ensemble. Dès le lundi 15 mai, entre 60 et 70 personnes viennent gonfler le personnel de Tisséo, pour un total global de 150 agents.

La société de transport estime que « 55% des usagers déclarent que Tisséo doit renforcer les actions de lutte contre les incivilités et notamment contre la fraude qui engendre des conséquences négatives », ceux-ci percevant les contrecoups que de tels ajustements engendreraient, notamment la hausse des tarifs).

Une plate-forme commune d’adresses de contrevenants

D’autres actions sont également mises en place, notamment : l‘obligation de détenir un justificatif d’identité lorsque le voyageur n’est pas en règle, l’abaissement du délit de fraude à 5 contraventions, initialement déclenché à partir de 10 contraventions, l’aggravation du délit de déclaration de fausse identité ou de fausse adresse et l‘interdiction des « mutuelles de fraudeurs » et de l’incitation à la fraude.

Pour aller dans ce sens, Tisséo a participé aux travaux de création d’une plate-forme commune d’adresses de contrevenants. Afin de vérifier les adresses fournies par les usagers contrôlés, une plate-forme commune à tous les opérateurs de transport, vérifiera les adresses fournies par les fraudeurs avec celles des Comptes bancaires et assimilés (FICOBA) et du Répertoire national commun de la protection sociale (RNCPS).

Augmentation du montant des amendes

Une revalorisation des montants des amendes (entre 5 et 10 euros supplémentaires) est également appliquée.

Désormais, et à titre d’exemple, un titre de transport non validé engendrera une amende de 40 euros (en paiement immédiat). Voyager sans titre de transport, pratiquer une forme de mendicité ou utiliser un appareil bruyant ou sonore, consommer des boissons alcoolisées, obstruer la fermeture ou décompresser les portes, voyager irrégulièrement avec un animal sera puni de 60 euros (paiement immédiat).

Une campagne d’affichage va également être menée au sein des transports.

Nous voulons améliorer la sérénité sur le réseau et créer un électrochoc chez les récalcitrants, indique Marc Del Borello.

Lola Monset

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image