Medias Sud Radio devrait quitter Toulouse pour s'installer à Paris

Au revoir Sud Radio ? Jeudi 2 juin 2016, l'AFP annonce que la radio du Grand Sud, installée à Labège, près de Toulouse, va déménager ses locaux à Paris. Les détails.

Publié le : 03/06/2016 à 15:49
Capture-decran-2016-06-03-a-08.53.57.png
Sud Radio tournerait une page de son histoire si son déménagement à Paris est confirmé (Photo : Twitter/cc/Sud Radio)

Encore un mauvais coup pour le paysage médiatique toulousain. Jeudi 2 juin 2016, un élu du comité d’entreprise (CE) de Sud Radio a indiqué que la radio allait quitter ses locaux de Labège, près de la Ville rose, pour investir dans des locaux à Paris, a-t-on appris auprès de l’AFP.

Pour cet élu du CE, l’inquiétude concerne essentiellement l’équipe toulousaine soit 25 CDI, 9,5 CDD et 13 pigistes. Un chargé de mission doit rencontrer un par un les salariés pour une « prise de contact ». L’objet est de savoir s’ils sont ou non d’accord pour partir à Paris. En cas de refus, il y a aura des « licenciements négociés ». C’est un « plan social déguisé », a estimé l’élu du CE.

Fiducial Médias n’a pas confirmé officiellement

Si la station devrait garder une petite correspondance locale, le coup serait rude si la nouvelle était confirmée (les propriétaires de Sud Radio depuis 2013, le groupe Fiducial Médias, ne s’étant pas exprimé sur la question et n’ayant pas confirmé officiellement).

Depuis 2013, bien des choses ont évolué chez « Sud ». Le logo a été revu et l’esprit de la grille, plus généraliste et tournée vers le talk-show, se rapproche aujourd’hui d’une radio comme RMC. Une empreinte confirmée par l’arrivée de Christophe Bordet mi-2014, l’ancien rédacteur en chef adjoint de… RMC.

Il y a deux ans, Sud Radio voulait revenir au centre-ville de Toulouse…

Le départ vers Paris serait un contrepied au projet initial. En 2014, le premier directeur de l’antenne période Fiducial, Claude Hemmer, avait fait part à Côté Toulouse de son envie de déménager de Labège pour un retour aux sources dans le centre-ville, en écho à la grande époque où Sud Radio était installé à Compans-Caffarelli, près de la place de l’Europe.

> LIRE AUSSI : Exclusif : ce qui va changer à Sud Radio

Il y a deux ans, Sud Radio se trouvait également en délicatesse avec sa fréquence parisienne, attribuée en 2011 par le CSA (Conseil supérieur de l’audiovisuel) – un trésor inestimable – après la saisie du Conseil d’État par ses concurrentes RTL, Europe 1 et RMC. Une fréquence aujourd’hui sauvée.

« Ils sont obsédés par Paris »

Cette annonce ne surprend en aucune manière ce fin connaisseur de la radio.

C’est dans la logique des choses. Même si Didier Maïsto (le président de Fiducial Médias, ndlr) se défend de ne pas vouloir ressembler à RMC, il veut occuper ce créneau. Regardez : le logo a les mêmes couleurs. Mais le problème de Sud Radio, c’est qu’elle est, dans son nom et son ADN, une radio du… sud alors qu’ils sont obsédés par Paris. Selon moi, l’erreur est d’avoir quitté le centre-ville de Toulouse. Il y avait une place pour eux dans la quatrième ville de France.

Pour le moment, ses pensées vont aux salariés de la radio. « Je pense aux collaborateurs qui vont avoir à supporter ce moment même s’ils s’y attendaient. Didier Maïsto n’avait jamais caché ce projet de déménagement ».

Avec François Bousquet, Sud Radio a perdu une figure emblématique
Sale semaine, décidément, pour Sud Radio. Mercredi 1er juin 2016, on a appris le décès de François Bousquet, l’une de ses figures emblématiques et historiques. Journaliste de 1981 à 2006, il était reconnu pour son professionnalisme et sa forte personnalité. Selon France 3 Midi-Pyrénées, ses obsèques doivent être célébrées vendredi 3 juin 2016 à Lisle-sur-Tarn (Tarn), à 16 h.

Photo de Anthony Assemat

Anthony Assemat

Journaliste, chef d'édition à Côté Toulouse
Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image