Actualité Réseaux d'eau, fuites : le cri d'alarme de Jean-Louis Chauzy

Tribune libre de Jean-Louis Chauzy, président de l'Orquasi, sur l'état des réseaux de distribution d'eau en Midi-Pyrénées et son appel aux élus.

Publié le : 04/04/2014 à 07:18
jean-louis chauzy orquasi réseaux d'eau anthony assémat
© Anthony Assémat - Voix du Midi Toulouse

” Que Choisir le 26 février, France Liberté et 60 Millions de Consommateurs le 20 mars : depuis quelques semaines, les études s’enchaînent sur les enjeux de la qualité de l’eau et de ses réseaux en France. Elles rendent d’autant plus criants d’actualité les débats que porte, depuis sa création en juillet 2013, l’Observatoire régional de la qualité des infrastructures de réseaux en Midi-Pyrénées (Orquasi) auprès des élus de la région.À la lecture de la dernière étude en date, l’Opération « Transparence » menée par la Fondation Danielle Mitterrand-France Liberté et 60 Millions de Consommateurs, et au regard des chiffres alarmants qu’elle dévoile, mon inquiétude est vive. En France, 1,3 milliard de mètres cubes d’eau se perdent en route, avant d’arriver au robinet. Soit une perte de 20 % sur la totalité de notre ressource en eau, alors que 87 % des Français se disent extrêmement attentifs à leur consommation d’eau à la maison !En Région Midi-Pyrénées, le bilan est inégal, mais tout aussi préoccupant. Quand l’agglomération toulousaine connaît un taux de fuite de 11 %, il s’élève à 14,8 % à Rodez, à 33,9 % à Cahors ou encore à 29,52 % à Tarbes.Ailleurs en France, les chiffres sur la vétusté des réseaux sont également alarmants. Considérez que dans les départements de la Manche ou l’Allier par exemple, on estime que les réseaux d’eau potable et d’assainissement atteignent 180 ans !

Attendre 260 ans pour rénover nos réseaux d’eau et d’assainissement équivaudrait à engager en urgence plus de 400 milliards d’euros pour leur renouvellement “

Nous savons à quel point les canalisations sont aujourd’hui vieillissantes, dépassant de plusieurs dizaines d’années leur durée normale de vie : 75 ans. Gardons également à l’esprit que, pour l’heure dans la région, seuls 0,38 % de la totalité des réseaux d’eau potable et d’assainissement sont renouvelés, ce qui équivaut à une durée de vie moyenne de 260 ans.Allons plus loin et raisonnons par l’absurde. Attendre 260 ans pour s’atteler à l’état des lieux et au renouvellement des réseaux d’eau partout en France, ce serait :- Engager en urgence plus de 400 milliards d’euros (près d’un cinquième de la dette publique française d’aujourd’hui) aux travaux de rénovation, à raison, comme l’indiquent France Liberté et 60 Millions de Consommateurs, d’1,5 à 2 milliards d’euros par an.- S’accommoder d’un énorme risque sanitaire, eu égard à l’incidence que le vieillissement des réseaux peut avoir sur la qualité de l’eau potable. 60 % du réseau national est en effet constitué de matériaux susceptibles d’être dangereux pour la santé, tels que le plomb, la fonte ou le PVC.Élus de Midi-Pyrénées, souhaitez-vous attendre 260 ans pour agir ? L’urgence est pourtant là, sous nos pieds. Faisons cause commune”. —————————————————————————

11% de fuites d’eau à Toulouse… et un rapport fin 2014

Selon une enquête nationale sur les fuites d’eau parue en ce mois d’avril dans 60 millions de consommateurs, il y aurait en moyenne 11% de fuites d’eau sur le réseau de distribution d’eau potable à Toulouse.Pour le magazine, Toulouse s’en tirerait plutôt bien, la moyenne nationale se situant, d’après ses calculs, à 20% de fuites d’eau.L’Orquasi, présidée donc par Jean-Louis Chauzy, réélu en 2013 à la tête du Conseil économique social, environnemental et régional (Ceser), mène actuellement, en collaboration avec l’Institut d’études politiques, une étude auprès des collectivités sur les huit départements de Midi-Pyrénées pour identifier les besoins d’entretiens des réseaux d’eau.”À la fin de l’année 2014, nous dresserons un panorama des données collectées sur les douze derniers mois. Cette restitution constituera le premier rapport annuel de l’Orquasi, porté au service des collectivités du territoire”, précise Jean-Louis Chauzy.L’Orquasi a pour mission d’informer les décideurs sur la qualité de service des infrastructures en Midi-Pyrénées et regroupe une vingtaine de membres comme les mairies de Muret, Blagnac, Revel, la CCI de Toulouse, l’association des maires de Haute-Garonne, l’IEP, le Sicoval, la Fédération du bâtiment et des travaux publics de Haute-Garonne et Midi-Pyrénées…

Photo de Anthony Assemat

Anthony Assemat

Journaliste, chef d'édition à Côté Toulouse
Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image