Économie Près de Toulouse, une entreprise vient de créer « le premier vélo hybride de France »

L'entreprise haut-garonnaise Thirty One, véritable pépite du vélo électrique, vient de créer un modèle de vélo hybride innovant en France. Côté Toulouse vous présente le projet.

Publié le : 20/04/2017 à 15:34
Thirty One, vélo électrique, Christophe Baeza, libre-service, innovation, deux-roues
Christophe Baeza, le patron de Thirty One, s'occupe également de l'entretien de nombreux services de vélos en libre-service dans différentes villes françaises (Photo : Côté Toulouse/Anthony Assémat)

Mais où s’arrêtera Thirty One ? La pépite de Haute-Garonne, spécialiste du vélo électrique, qui s’était lancée en mai 2013, n’en finit pas de tracer son sillon sur ce secteur porteur. En 2015, un peu plus de 100 000 vélos à assistance électrique (VAE) ont été vendus dans l’Hexagone.

Une ascension fulgurante

Avec seulement trois salariés, la PME installée en Comminges (auparavant située à Valentine, elle vient de déménager dans un local de 400 m2 à Villeneuve-de-Rivière, près de Saint-Gaudens, à une heure au sud de Toulouse) a brûlé les étapes. En 2014, elle obtenait le marché du premier service de vélo électrique en libre-service, à Vannes (Morbihan), géré par une filiale de Transdev. L’occasion de faire l’étalage de son premier modèle de vélo électrique, le Debut E-Matic.

En février 2015, elle obtenait le Prix Coup de Cœur des Trophées Inn’Ovations, organisées par le Conseil régional de l’ex-Midi-Pyrénées, et jusqu’à aujourd’hui, de nombreux marchés ont été remportés par Thirty One.

Nous sommes aujourd’hui le leader français du rayonnage de roues en petite et moyenne série, et nous nous occupons de la fabrication et de l’entretien des roues des systèmes de vélos en libre-service classiques des villes de Nice, Dunkerque ou Grenoble, indique Christophe Baeza, l’actionnaire principal de Thirty One.

Des revendeurs à Toulouse

Côté commercialisation, une dizaine de revendeurs proposent des vélos électriques Thirty One, dont trois en Haute-Garonne : deux à Toulouse, Trentotto (14, rue Paul Vidal) et Monsieur Guidon et Madame Pignon (32, rue des Lois) ainsi qu’Impulsion Vélo à Saint-Gaudens (121, avenue François Mitterrand). « Notre objectif est de couvrir les 20 principales métropoles françaises d’ici la fin de l’année 2017 », indique Christophe Baeza.

Christophe Baeza en compagnie du modèle de vélo hybride fabriqué dans son nouvel atelier de Villeneuve-de-Rivière, au sud de Toulouse (Photo : Côté Toulouse/Anthony Assémat)
Christophe Baeza en compagnie du modèle de vélo hybride fabriqué dans son nouvel atelier de Villeneuve-de-Rivière, au sud de Toulouse (Photo : Côté Toulouse/Anthony Assémat)

Les particularités du vélo hybride

Après la création d’un deuxième modèle plus classique, le Debut Automatix, mais basé sur un changement de vitesse automatisé, Thirty One change résolument de braquet en 2017. Sa nouvelle invention prend le même tournant que celui de l’automobile depuis dix-quinze ans : l’hybride. Avec, à la base, les mêmes recettes (place importante faite au design, même modèle mais nouvelle motorisation, intégration des parties électriques dans la structure du vélo) du vélo électrique accolés à une innovation « unique en France », selon le concepteur commingeois.

Dans notre modèle hybride, le moteur et la batterie sont intégrés au moyeu. Il a les caractéristiques d’un vélo électrique mais le plus, c’est que vous pouvez freiner en rétropédalant. Les mouvements de décélération sur les pédales permettent aussi de recharger la batterie du vélo et d’éviter de recharger sur une borne, sur secteur. C’est un vélo assisté sur-mesure qui peut vraiment modifier la mobilité de demain », explique Christophe Baeza.

Ce vélo, qui pèse 18 kg, possède une autonomie de 60 à 80 km. « Avec l’hybride, nous passons à la dernière génération de vélo électrique », s’enthousiasme le patron de Thirty One.

Une appli pour définir le degré électrique du vélo

Côté Toulouse a testé en exclusivité ce vélo hybride « made in Haute-Garonne ». Un seul mot : bluffant ! Le système de freinage par décélération est une réussite (si vous prenez peur, vous pourrez toujours assurer le coup avec de vraies manettes de frein) et le bruit du moteur est léger à l’oreille.

Autre particularité : une appli permet de définir le degré électrique du vélo. Reliée à la machine, vous pouvez choisir de mettre une faible intensité (10%, 20%, 30%…) si vous êtes en mode motivé pour faire chauffer les mollets tout en ayant un peu de confort. Ou alors le mode 100% si vous vous rendez au travail, la sueur étant mauvaise conseillère au bureau. L’appli est gratuite et téléchargeable sur tout type de téléphone (smartphone, Iphone, Android…).

Coût du vélo : 2 659 euros

Vous salivez d’avance de découvrir ce modèle hybride ? Thirty One prévoit de dévoiler sa nouvelle création à l’occasion des Trophées de l’Innovation, dont la cérémonie est prévue le 27 avril 2017. Séduits ? Le vélo hybride coûtera 2 659 euros, le même prix que le premier modèle, le Debut E-Matic.

Face à la croissance de l’entreprise, Christophe Baeza prévoit de recruter dans les mois qui viennent, essentiellement dans la technique et le montage. Thirty One, c’est aussi une volonté de pénétrer davantage le monde des entreprises, et le marché toulousain. Non pas celui de VélôToulouse (le marché est intégralement confié à JC Decaux), mais dans le jardin de Toulouse Métropole.

Nous sommes en phase d’expérimentation avec eux jusqu’à fin 2017 pour tester les vélos électriques auprès de leurs salariés pour un usage interne. Une dizaine de vélos sont en test, indique Christophe Baeza.

En phase de test avec Toulouse Métropole

Rappelons qu’en 2015, Toulouse Métropole avait stoppé son dispositif de subventions à destination des particuliers pour financer l’achat de vélos électriques. Mais sur le plan national, l’Etat a mis en place, depuis février 2017, une prime de 200 euros pour l’achat de tout vélo électrique.

> LIRE AUSSI : Toulouse Métropole stoppe les subventions pour financer l’achat de vélos électriques

Et si vous êtes fan de cinéma et des people, scrutez attentivement les images du Festival de Cannes, qui se déroulera du 17 au 28 mai 2017. En effet, le parc de deux-roues du Grand Hôtel de Cannes (5 étoiles, situé près du Palais du Festival) sera 100% toulousain et haut-garonnais. « Si nos vélos peuvent être vus à la télé pour le Festival de Cannes, c’est la cerise sur le gâteau ! », conclut le patron de Thirty One dans un éclat de rire, lui qui a pourtant déjà deux ambassadeurs de choc pour sa marque : les sportifs Vincent Clerc (ancien ailier international du Stade toulousain) et Cécile Hernandez, snowboardeuse paralympique médaillée d’argent aux JO de Sotchi (Russie) en 2014.

Infos pratiques.
Plus d’infos sur le site internet de Thirty One

Photo de Anthony Assemat

Anthony Assemat

Journaliste, chef d'édition à Côté Toulouse
Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image