Société Occupation d'une agence Pôle Emploi à Toulouse par les intermittents, Nuit Debout et le DAL

Alors que les négociations sur le régime des intermittents entrent en phase finale, ces derniers ont occupé une agence Pôle Emploi de Toulouse, lundi 25 avril.

Publié le : 25/04/2016 à 14:17
pole mploi, occupation, intermittents
Les militants, principalement des intermittents, ont occupé une agence Pôle Emploi de Toulouse, lundi 25 avril (Photo Côté Toulouse - XL)

Une coordination de militants emmenés par des intermittents du spectacle ont occupé l’agence Pôle Emploi de La Cépière à l’ouest de Toulouse, lundi 25 avril 2016, dans la matinée. Parmi la cinquantaine de personnes, des participants de Nuit Debout, des représentants de la CGT, ou encore des activistes du DAL de Haute-Garonne.

Dans le calme, les militants se sont installés peu avant 11 h dans le hall d’accueil de cette agence Pôle Emploi. La symbolique de cette action s’articulait autour de deux axes.

Le premier, d’actualité, concerne la dernière journée de négociations de l’assurance-chômage de la branche spécifique concernant les intermittents. Entamées depuis plusieurs semaines, ces négociations entrent dans leur dernière semaine avant l’annonce d’un accord décisif. Régulièrement pointé du doigt, le régime des intermittents ne satisfait plus personne. En effet, la Cour des comptes souligne régulièrement le déficit chronique de ce régime, tandis que les intermittents dénoncent une précarité croissante de leur activité.

Des immeubles de Pôle Emploi revendus ?

À Toulouse, les intermittents se mobilisent d’ailleurs depuis de nombreux mois suite à la réorganisation territoriale des agences chargées de leur suivi.

> LIRE AUSSI : À Toulouse, des intermittents dénoncent les contrôles abusifs de Pôle Emploi

La crainte d’une baisse du niveau des indemnisations de ce régime a été mis en parallèle durant l’action avec la gestion immobilière des locaux de Pôle Emploi. Second axe de l’argumentaire, les militants ont ainsi dénoncé l’opacité qui entoure la gestion du parc immobilier anciennement géré par l’Unedic.

Ils ont acheté des immeubles avec nos cotisations, ils les ont revendus, à coup de mic-mac : l’Unedic vend à Pôle Emploi qui vend au privé, tout en persistant à réduire nos allocations de chômage.

Ainsi dans la région Midi-Pyrénées, ce seraient 18 agences qui seraient dans ce cas selon les intermittents qui ajoutent : « l’une d’elles, située à Toulouse, est maintenant devenue un Carrefour City ». Les militants présents sur place s’interrogent ainsi sur ces transactions, leurs montants et leurs bénéficiaires.

Interrogés ce matin dans l’agence de La Cépière, la direction régionale de Pôle Emploi a répondu ne pas avoir en gestion ce type d’affaires, celle-ci étant centralisée à Paris. À 14 h, les militants occupaient toujours l’agence.

Photo de Xavier  Lalu

Xavier Lalu

Journaliste, chef de projet à Côté Toulouse
Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image