Actualité Pour lutter contre les violences, un observatoire des pratiques policières lancé à Toulouse

Un observatoire des pratiques policières est lancé à Toulouse. Il a pour vocation d'analyser le comportement des forces de l'ordre pendant certaines manifestations. Précisions.

Publié le : 09/03/2017 à 14:25
ObservatoirePratiquesPolicièresToulouse
Un observatoire des pratiques policières est lancé à Toulouse, pour lutter contre les violences pendant les manifestations. (photo d'illustration © Côté Toulouse)

« Avoir cet observatoire est devenu une nécessité », souffle Thierry Ramond, le directeur de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) de Toulouse. Un observatoire des pratiques policières est lancé dans la Ville rose, en partenariat avec la fondation Copernic. Le dispositif a été testé pendant la manifestation engagée contre le projet Val Tolosa de Plaisance-du-Touch (Haute-Garonne) et lors des deux rassemblements organisés en soutien à Théo, d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis).

> LIRE AUSSI : Affaire Théo : manifestation de soutien et station de métro momentanément fermée, à Toulouse

Une forte présence policière

Lors de ces deux rassemblements, Thierry Ramond a noté une présence des forces de l’ordre « délirante ». Concernant la marche citoyenne organisée contre le projet de centre commercial Val Tolosa, le directeur de l’antenne toulousaine de la Ligue des droits de l’Homme a précisé avoir vu des marcheurs « partir, face à la forte présence de policiers ».

Ce sont des gens qui viennent d’un milieu plus rural, ils n’ont pas l’habitude d’être confrontés à ce genre de dispositif. Et certains se sont sentis menacés au point de partir, alors qu’il ne s’agissait que d’une marche pacifiste, explique-t-il.

Lors du dernier rassemblement organisé en soutien au jeune Théo, Thierry Ramond a fait état d’une « disproportion » entre le nombre de policiers et de manifestants. « Sur 250 manifestants présents, j’ai compté tout autant de policiers ainsi que la présence d’un canon à eau », souffle-t-il, avant de citer, également, les violences qui avaient émaillé les dernières manifestations contre la loi Travail.

La mobilisation contre la loi Travail a connu nombre de rebondissements, pendant plusieurs mois, à Toulouse. Rassemblements, interpellations, personnes interdites de manifestations… retrouvez tous les articles à ce sujet, en cliquant ici.

> LIRE AUSSI : Loi Travail. Plusieurs photographes malmenés pendant une manifestation à Toulouse

Deux équipes de trois observateurs

« Cette pression dure depuis un an », signale-t-il. Et pour y mettre un terme, un observatoire des pratiques policières a donc été lancé à Toulouse, en mars 2017. Deux groupes de trois bénévoles, équipés de gilets distinctifs et de caméras, seront envoyés sur les rassemblements, pour récupérer des données. Simples observateurs, ils n’ont pas vocation à se retrouver au coeur de l’événement, mais à l’analyser d’un peu plus loin, ne serait-ce que pour des raisons de sécurité.

« Le but, c’est d’être capable d’identifier ce qu’il se passe à Toulouse », précise Thierry Ramond. À la suite de leur présence sur le terrain, les militants analyseront les données puis rendront leurs conclusions, sous forme de rapport écrit. Ils ne couvriront cependant pas toutes les manifestations, « uniquement les plus importantes ». Selon le directeur de la Ligue des droits de l’Homme de la Ville rose, le système pourrait être mis en place sous une quinzaine de jours, soit à la fin du mois de mars.

Et d’achever :

De notre côté, nous nous engageons à rendre un travail concret sous un an.

Alice Patalacci

Journaliste à Côté Toulouse.
Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image