Politique Législatives. Envie de devenir député de Haute-Garonne ? En Marche ! lance un appel aux candidatures

En vue des législatives, le mouvement En Marche ! propose aux soutiens d'Emmanuel Macron de candidater par circonscription. On fait le point sur cette initiative en Haute-Garonne.

Publié le : 10/03/2017 à 19:41
Assemblée nationale, député, Macron, En Marche !, politique, législatives, Toulouse, Haute-Garonne
Les fauteuils moelleux de l'Assemblée nationale, bientôt pour une réalité pour des néophytes en politique ? (Photo d'illustration : Fotolia)

Rapprocher le milieu politique de l’entreprise : voilà un credo que l’on entend depuis belle lurette et qui est peu appliqué dans les faits. Il n’y a qu’à voir le peu de parlementaires siégeant au Palais Bourbon passés par le secteur privé…

Démarche basée sur le modèle de l’entreprise

C’est dans cette démarche entrepreneuriale qu’Emmanuel Macron a décidé d’ouvrir en grand les portes des candidatures pour les élections législatives qui seront jugées en juin 2017, juste après le verdict de l’élection présidentielle.

Comme dans le monde de l'entreprise, le CV et la motivation guideront le choix des candidats En Marche ! aux législatives (Photo : DR)
Comme dans le monde de l'entreprise, le CV et la motivation guideront le choix des candidats En Marche ! aux législatives (Photo : DR)

Mouvement né en avril 2016, En Marche ! rassemble peu d’hommes et de femmes politiques expérimentés et doit ouvrir son horizon pour espérer avoir la majorité à l’Assemblée nationale. L’idée est simple : permettre à tout le monde de devenir député !

> LIRE AUSSI : Modem, ex-PS, société civile… Pourquoi ils soutiennent Emmanuel Macron en Haute-Garonne

Comment postuler

Sur le site internet d’En Marche !, un onglet dédié aux élections législatives permet d’entrer sa candidature. N’oubliez pas votre CV et la lettre de motivation, comme dans n’importe quelle démarche préalable à un entretien d’embauche !

Emmanuel Macron bouscule les codes politiques et ne veut plus d’arrangements de petits couloirs. C’est du jamais vu !, explique Mickaël Nogal. Ce principe comporte cinq critères : la parité hommes-femmes réelle sur l’ensemble des circonscriptions, que la moitié des candidats qui seront choisis soit issus de la société civile, que la pluralité politique soit respectée, un casier judiciaire vierge et que le candidat ne présente aucune mise en examen, et l’engagement de soutenir en cas d’élection les propositions d’Emmanuel Macron.

Evidemment, si vous voulez postuler pour devenir candidat En Marche ! aux législatives en Haute-Garonne, il faut habiter dans le département. Durant l’inscription, vous aurez le choix de la circonscription.

En revanche, il n’est pas obligatoire d’habiter dans la circonscription dans laquelle les personnes intéressées candidatent, précise Mickaël Nogal.

Vous habitez, par exemple, dans le Comminges mais vous travaillez à Toulouse ? Vous pouvez choisir de devenir candidat sur l’une des circonscriptions de la Ville rose.

Plus de 10 000 candidatures reçues sur le plan national

Joint par Côté Toulouse, le service presse d’Emmanuel Macron précise avoir reçu plus de 10 000 candidatures au niveau national sur le total de 577 circonscriptions, mais ne souhaite pas préciser le nombre de candidatures reçues sur les dix circonscriptions de Haute-Garonne.

Débuté le 19 janvier 2017, le processus d’inscription va se poursuivre au moins jusqu’à l’élection présidentielle.

Christine de Veyrac, ancienne candidate à la mairie de Toulouse en 2014, roule pour Macron

On a retrouvé Christine de Veyrac ! L’ancienne députée européenne toulousaine (entre 1999 et 2014) de droite, candidate à la mairie de Toulouse en 2014 (elle avait recueilli 2,45% des suffrages), fait partie de la Commission nationale d’investiture du mouvement En Marche ! d’Emmanuel Macron.
Elle siège aux côtés de huit autres personnalités : Jean-Paul Delevoye (président de la commission), Laëtitia Avia, Catherine Barbaroux, Anne Emery-Dumas, Jean Launay, Cédric O, Margaux Pech et Marlène Schiappa.
De quoi présager un retour politique à Toulouse à l’occasion des élections législatives ?

Photo de Anthony Assemat

Anthony Assemat

Journaliste, chef d'édition à Côté Toulouse
Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image