Ils font Toulouse [Insolite] L’aquarium qui fait pousser les fraises est toulousain

« Innovant, pédagogique, écologique » : Ozarium est un aquarium potager conçu par une start-up toulousaine, qui permet de faire pousser des plantes en appartement. Rencontre.

Publié le : 30/06/2015 à 19:21
Pierre Osswald et son Ozarium, aquarium écologique et potager d'appartement.
Pierre Osswald et son Ozarium, aquarium écologique et potager d'appartement.

Gandi est jardinier ! Ce poisson combattant ne le sait probablement pas, lui qui nage tranquillement dans son aquarium. Mais c’est bien grâce à lui que, juste au-dessus de la surface de l’eau, plants de tomates cerises et aromatiques poussent et prospèrent. Avec lui, le bureau de Pierre Osswald prend des airs bucoliques.

L’aquarium de Gandi, c’est en fait Ozarium, un produit conçu et commercialisé par la start-up toulousaine Citizen Farm, installée dans un espace de co-working, place de la Bourse.

Faire pousser des légumes en ville

Cette idée d’aquarium potager a mûri dans la tête de Pierre Osswald pendant un bon moment avant de voir le jour. Ce petit-fils d’agriculteur s’est retrouvé très frustré, en appartement, de ne pas pouvoir faire pousser ses propres légumes. Et puis une réalité l’a particulièrement marqué : en cas de rupture d’approvisionnement en pétrole, l’autonomie alimentaire d’une grande ville comme Paris ne dépasserait pas trois jours !

D’où l’idée de faire pousser en ville des légumes… En faisant quelques recherches, Pierre Osswald a découvert l’aquaponie. Cette technique consiste à associer un élevage de poisson à une culture de plantes, en circuit fermé, les déjections de poisson permettant de nourrir les plantes. « Je n’ai rien inventé, souligne, modeste, le jeune entrepreneur. Mais j’ai trouvé une autre utilisation au procédé. » Avec l’objectif de le rendre « plus simple, plus facile », il a mis au point Ozarium.

Ozarium est aussi un outil pédagogique pour les écoles.
Ozarium est aussi un outil pédagogique pour les écoles.

Un écosystème d’appartement

Le principe, c’est donc un aquarium, avec un poisson et un couvercle qui accueille des plantations. Une petite pompe permet à l’eau chargée des nutriments issus des déjections du poisson d’alimenter les plantes. Celles-ci la restituent filtrée avant qu’elle ne retourne dans l’aquarium.

Tout l’engrais est utilisé par les plantes et l’eau également, à 90 %.

Pas besoin de changer l’eau du poisson, pas besoin d’arroser les plantes. Il faut juste penser à nourrir le poisson !

Un produit régional
Citizen Farm est installée à Toulouse et tient à jouer la carte locale. De l’emballage au couvercle plastique : tout est fait dans la région. C’est un Esat d’Albi qui s’occupe de l’assemblage et des expéditions. Seule entorse à cette règle, la pompe est achetée à une entreprise hollandaise spécialisée dans l’aquariophilie.

Un outil pédagogique

Pierre Osswald a tout de suite pensé au potentiel pédagogique d’Ozarium (ses prototypes ont d’ailleurs été testés par une école de Ramonville) qui reproduit le cycle de la nature et nous rappelle d’où vient ce que nous mangeons…

Aujourd’hui, cet aquarium pas comme les autres est commercialisé auprès des écoles (un livret pédagogique a été mis au point pour l’accompagner) mais aussi auprès des citadins. Il s’en vend désormais un peu partout en France, en Belgique, en Italie.

Infos pratiques :
Ozarium, 79 euros (poisson non fourni).
En vente sur www.citizenfarm.fr

1 Place de la Bourse, 31000 Toulouse, France

Gwendoline Kervella

Journaliste
Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image