Actualité Inquiétudes autour du transfert d'élèves du Mirail vers des collèges favorisés, à Toulouse

Un plan a été voté pour améliorer la mixité sociale à Toulouse. Il implique le transfert d'élèves du Mirail dans des établissements favorisés. Explications.

Publié le : 15/03/2017 à 07:22
Le collège Pierre de Fermat fait partie des établissements de rattachement. (Photo Wikimedia Commons)
Le collège Pierre-de-Fermat fait partie des établissements de rattachement. (Photo Wikimedia Commons)

Une pétition, ayant recueilli près de 500 signatures, est actuellement en ligne pour protester contre la fermeture du collège Raymond-Badiou, dans le quartier de la Reynerie, à Toulouse.

Le 24 janvier 2017, la collectivité locale a voté un budget de 46 millions d’euros afin de mettre en oeuvre des mesures « pour favoriser la mixité sociale dans les collèges ».

> LIRE AUSSI : Le Conseil départemental veut améliorer la mixité sociale dans les collèges

150 élèves transférés dès septembre

Dès la rentrée de septembre, les 150 élèves actuellement scolarisés en CM2 dans les écoles du secteur de rattachement du collège Raymond-Badiou entreront en 6e dans plusieurs collèges « favorisés » de la métropole toulousaine.

  • Le collège de rattachement pour les élèves de l’école Buffon sera Bellevue.
  • Le collège de rattachement pour les élèves des écoles Faucher sera Pierre-de-Fermat.
  • Le collège de rattachement pour les élèves de l’école Elsa-Triolet sera Les Chalets.
  • Le collège de rattachement pour les élèves de l’école Jean-Gallia sera Jean-Rostand, à Balma.
  • Le collège de rattachement pour les élèves de l’école Didier-Daurat sera Léonard-de-Vinci, à Tournefeuille.

L’actuel collège Raymond-Badiou restera ouvert et continuera à scolariser les élèves qu’il accueille actuellement (en 5e, 4e et 3e) pour leur permettre de terminer leur cycle d’enseignement dans le même établissement. Un nouveau collège flambant neuf est en projet.

Il sera reconstruit à proximité, dans un secteur de rattachement géographique plus mixte au sud-ouest de Toulouse, à l’horizon 2021.

Coût estimé des travaux ? 15 millions d’euros. Le département est actuellement en discussion avec Toulouse Métropole pour trouver un terrain autour de Saint-Simon et Basso Cambo.

> LIRE AUSSI : À Toulouse, le collège Badiou sera reconstruit… mais ailleurs

« Nous comprenons l’inquiétude des parents »

L’École de la République doit contribuer au vivre-ensemble et à la réussite de tous, souligne Georges Méric, président du Conseil départemental de Haute-Garonne. Aujourd’hui, malheureusement, ce n’est pas la réalité dans certains collèges de Toulouse. Au collège Raymond-Badiou par exemple, seulement 65 % des élèves obtiennent le Brevet des collèges contre 90% en moyenne pour le département ! Nous ne pouvons pas laisser perdurer cette situation qui ne fait que continuer de creuser les inégalités.

Le reconstruction du collège Badiou en bordure de quartier permettra de « recréer une mixité sociale qui n’existe plus aujourd’hui ». Georges Méric dit comprendre « l’inquiétude légitime des parents » et annonce plusieurs mesures pour les rassurer.

Pas plus de 35 minutes de transport

Il assure que des navettes gratuites seront mises en place et que le temps de transport entre le quartier défavorisé et le collège favorisé n’excédera pas 35 minutes.

Par ailleurs, le nombre d’élèves admis dans le cadre de cette nouvelle sectorisation s’établira entre quatre et six par classe de 6e dans chacun des collèges de rattachement concernés. Ces élèves bénéficieront de plus d’une aide aux devoirs. De son côté, l’Inspection académique s’engagera à limiter à 25 le nombre d’élèves par classe. Une façon aussi de rassurer les associations de parents d’élèves des établissements d’accueil très réputés tels que Pierre-de-Fermat.

> LIRE AUSSI : Éducation. Les collèges de Toulouse, bons ou mauvais élèves de la mixité sociale ?

Pétition contre la fermeture du collège Raymond-Badiou

Les pétitionnaires contestent cette politique lancée par le Conseil départemental.

Ces décisions témoignent d’un mépris pour les enfants du collège, pour leurs familles et pour les équipes enseignantes, estiment les auteurs de la pétition. Dès la rentrée prochaine, 150 enfants de onze ans seront obligés de se rendre dans des collèges inconnus afin d’expérimenter la mixité sociale, réalisée dans la précipitation… Mais c’est pour votre bien ! Pourquoi ce sont les enfants de la Reynerie qui doivent aller au centre-ville et pas l’inverse ?

Le collège de Bellefontaine aussi concerné

Le plan de 46 millions d’euros voté en janvier prévoit aussi la démolition du collège Bellefontaine et la reconstruction à proximité du quartier à l’horizon 2022.

Il bénéficiera du même dispositif que le collège Raymond-Badiou, indique le Conseil départemental.

Pour cet établissement, c’est à partir de la rentrée 2018 que les élèves entrant en 6e seront affectés dans des collèges favorisés de l’agglomération toulousaine.

Dix millions d’euros pour Rosa-Parks

Enfin, la réhabilitation in situ du collège Rosa-Parks est aussi programmée. Une reconstruction progressive de la totalité des locaux d’enseignement pour un coût d’environ dix millions d’euros. Les travaux pourraient s’étaler entre 2018 et 2021.

Les collèges Stendhal et Georges Sand devraient aussi être concernés par ce plan pour améliorer la mixité sociale.

Hugues-Olivier Dumez

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image