Ils font Toulouse Initiative. Des Toulousains veulent implanter leur concept de ferme urbaine à Paris

Après avoir testé le concept à Toulouse, la start-up, CitizenFarm veut installer une ferme urbaine à Paris avec la plus grande serre aquaponique d'Île-de-France. Les explications.

Publié le : 26/02/2017 à 10:20
Ferme-urbaine-Citizen-Farm-D.Russeil05-630x0.jpg
Pierre Oswald, de Citizen Farm, dans la ferme urbaine installée à Toulouse en 2016 (Archives Côté Toulouse/Delphine Russeil)

En juin 2016, les Toulousains de la start-up CitizenFarm avaient installé la première ferme urbaine de Toulouse en plein centre-ville de la Ville rose, au cœur du jardin public Raymond VI, dans le quartier Saint-Cyprien. Les voilà qu’ils s’attaquent à la Capitale !

Plus grande serre aquaponique d’Île-de-France

En partenariat avec l’association les Amis Recycleurs, nous avons pour objectif d’installer la plus grande serre aquaponique d’Ile-de-France (150 m2 tout de même), sur les quais de la Recyclerie. Notre ambition première est de sensibiliser à l’agriculture urbaine et vous redonner le goût des bons aliments. Tout ceci grâce à une production deux fois plus élevée avec une culture traditionnelle, annonce CitizenFarm.

Pour réaliser cet objectif, la start-up lance à partir du 6 mars une campagne de financement participatif.

CitizenFarm utilise la technique de culture en aquaponie, ce qui permet un gain de place et une économie d’eau de près de 90 % par rapport à l’agriculture traditionnelle.

Les poissons au service de la production alimentaire

Concrètement, la base est un container en métal, partie dans laquelle sont élevés des poissons (black bass, truites…). À l’étage, une serre abrite des bacs remplis d’eau et de billes d’argile, dans lesquels sont plantés les légumes (tomates, aubergines, salades, courgettes, radis…), les fraises et les herbes aromatiques.

Grâce à ces deux (éco)systèmes interdépendants, les déjections des poissons « nourrissent » les plantes tandis que celles-ci filtrent l’eau et la charge en oxygène avant, par un principe de pompes, de la retourner… aux poissons. En tout, le système utilise 3 000 litres d’eau (soit 3 m3) et est complètement autonome en énergi,e grâce à des panneaux solaires et en mettant à profit géothermie et flux d’air.

L'aquaponie est une technique de culture circulaire qui repose sur un cycle naturel - (Image CitizenFarm).
L'aquaponie est une technique de culture circulaire qui repose sur un cycle naturel - (Image CitizenFarm).

Photo de David Saint-Sernin

David Saint-Sernin

Journaliste
Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image