Aéronautique & Espace [En images] Deux étudiants toulousains explorent Mars... dans le désert de l'Utah

Deux étudiants de l'Insa Toulouse sont partis en expédition dans le désert de l'Utah. Pendant deux semaines, ils doivent réaliser des expériences comme s'ils étaient sur Mars.

Publié le : 05/01/2017 à 15:48
étudiants, mars, mission, désert utah
Un petit selfie de l'équipage 172 dans le désert « martien ». (Photo : Équipage 172, Mars Society)

Deux étudiants toulousains partis en expédition martienne… dans le désert de l’Utah (États-Unis) ! À première vue, on pourrait croire à une blague. Mais l’expédition est on ne peut plus sérieuse.

Le 31 décembre 2016, Gwendal Hénaff et Pierrick Loyers sont arrivés sur la Mars Desert Research Station, une base d’étude scientifique gérée par l’organisation Mars Society. Fondée en 1998, celle-ci s’est donné comme objectif de « sensibiliser le public, les médias et les gouvernements des bénéfices d’une exploration martienne et d’une installation humaine permanente sur la Planète Rouge ».

Intégré à l’équipage 172, composé de sept personnes de quatre pays (France, Italie, Inde et États-Unis), les deux Toulousains, étudiants à l’Insa Toulouse en quatrième année d’Ingénierie Physique, y resteront jusqu’au 14 janvier 2017.

Chercher de l’eau en sous-sol

Au cours de ces deux semaines, ils mèneront le projet scientifique pour lequel ils ont été sélectionnés par la Mars Society.

Les deux Toulousains ont notamment fabriqué un « afficheur tête haute », qui combine un système de mesure en temps réel de l’altitude et de la positon et des lunettes de réalité augmentée permettant à l’astronaute d’avoir en face de lui sa position et différentes informations liées à sa mission.

Le Laboratoire matériaux et durabilité des constructions de l’Insa de Toulouse leur a, de plus, permis de récupérer un radar à pénétration de sol qui doit servir à rechercher de l’eau à 15 mètres de profondeur.

Notre travail sur la station consiste à utiliser ces deux systèmes – radar et afficheur tête haute – pour localiser des lentilles d’eau dans le sous-sol du désert de l’Utah : ces technologies seront utilisés par les premiers astronautes sur Mars pour localiser les sources d’eau, décrit, pour Côté Toulouse, Gwendal Hénaff.

Une mission particulière au sein de cet équipage 172, qui étudie la pousse des plantes sous conditions martiennes et l’activité cérébrale des astronautes lors des missions.

« La vue depuis la cuisine est fantastique »

Ces expériences, Gwendal et Pierrick doivent les réaliser en conditions (quasi) martiennes.

Pendant ces deux semaines, nous serons en isolement pour être le plus près possible des conditions de vie des astronautes sur Mars. Nous mangeons de la nourriture lyophilisée, portons des combinaisons avec respirateur pour les sorties extravéhiculaires (EVA), nous sortons à travers des sas et devons respecter les temps de dépressurisation, raconte Gwendal Hénaff.

Chaque jour, les membres de l’équipage doivent également faire un rapport détaillé de ce qui se passe sur la station au Mission Support Center – l’équipe qui assure le suivi depuis « la Terre ».

Une expérience aux airs de jeu de rôles qui va bien au-delà. « La vie sur station est incroyable !, s’enthousiasme le Toulousain. Nous avons vraiment l’impression d’être sur Mars ; il faut dire que le désert de l’Utah est géologiquement similaire à Mars, et l’on se croirait sur les photos du rover Curiosity. Le plus impressionnant est de sortir en combinaison, au milieu du désert, dans ces paysages désolés et magnifiques, et de ne pas pouvoir sentir le vent, le froid sur la peau. »

Composée d’un bâtiment principal cylindrique, la station abrite des quartiers de vie au premier étage, tandis que le rez-de-chaussé sert à préparer les sorties lors des EVA.

La station comporte aussi un observatoire astronomique, un « Green Hab » – sorte de serre servant à faire pousser des plantes, et un « Science Dome » où sont menées les expériences scientifiques. « En ce moment, nous développons des cultures de bactéries », précise Gwendal, avant de s’émerveiller :

La vue depuis la cuisine, elle, est fantastique… et la sensation d’immersion totale.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Photo de Delphine Russeil

Delphine Russeil

Journaliste
Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image