Société Haute-Garonne : « Délinquance maîtrisée » en 2016, malgré une hausse des cambriolages

Les chiffres de la délinquance ont été dévoilés lundi 23 janvier 2017. Le préfet et les autorités ont dressé le bilan des différentes formes de violences en Haute-Garonne en 2016.

Publié le : 24/01/2017 à 17:02
La hausse des cambriolages, l'un des principaux points noirs de la délinquance en Haute-Garonne, deuxième département de France en la matière (Photo : Illustration / Fotolia)
La hausse des cambriolages, l'un des principaux points noirs de la délinquance en Haute-Garonne, deuxième département de France en la matière (Photo : Illustration / Fotolia)

« Une délinquance maîtrisée, mais en légère augmentation ». C’est en ces termes que le préfet Pascal Mailhos a résumé l’évolution de la délinquance, en Haute-Garonne, sur l’année 2016. Des chiffres qu’il a tenu à mettre en corrélation avec l’augmentation constante de la population, à Toulouse et dans le département. La Ville rose étant championne de France en la matière.

> LIRE AUSSI : Toulouse est la ville de France où le nombre d’habitants augmente le plus

Lundi 23 janvier 2017, les autorités ont notamment fait le point sur la lutte anti-terroriste dans le département, où quelque 300 personnes sont suivies pour radicalisation. Un phénomène qui a marqué l’année 2016, et dont l’ampleur prise dans la Ville rose préoccupe les autorités.

> LIRE AUSSI : Pourquoi Toulouse est devenue une plaque tournante du terrorisme

Des évolutions positives, d’autres non

En ce qui concerne la délinquance plus « ordinaire », parmi les évolutions positives, les atteintes aux biens ont été « globalement maîtrisées », selon les dires du préfet. Les vols avec armes ont diminué de 34,82 %, les vols violents sans arme de 4,5 % et les vols de véhicules de 6,5 %.

Une forte augmentation des personnes mises en cause par les services de sécurité a également été enregistrée en 2016, selon le préfet : hausse de 14,8 % en ce qui concerne les cambriolages dans les logements, et de 35,1 % pour les vols avec armes.

Au final, cela représente 513 personnes mises en causes en plus par rapport à 2015. Autre chiffre parlant : la hausse de 7 % des cambriolages élucidés.

Concernant le trafic de drogue, « en 2016, nous avons travaillé à mettre les réseaux sous une pression accrue », a soulevé Pascal Mailhos, alors que 52 tonnes de produits stupéfiants ont été saisies par la police nationale, la gendarmerie et les douanes. « 481 revendeurs de stupéfiants ont été arrêtés en 2016 » rien que par la police, a étayé le directeur départemental de la Sécurité publique, Jean-Michel Lopez. « Avec ces interpellations, nous perturbons fortement le trafic », a-t-il estimé.

Mais tout n’est pas rose, loin s’en faut. Car dans le même temps, les autorités enregistrent notamment une forte hausse des violences physiques non crapuleuses, de 6,8 %, et des violences sexuelles, qui flambent de 16,3%. Un véritable fléau pour la société.

Forte hausse des cambriolages

Autre point noir relevé : la forte hausse du nombre de cambriolages en Haute-Garonne.

> LIRE AUSSI : Cambriolages : la Haute-Garonne, second département le plus touché en France en 2016

En 2016, ils progressent de 9 %, et même de 18 % pour ce qui concerne les locaux d’habitation. Cette hausse est de 6 % en zone police, et de 10 % en zone gendarmerie.

Cela reste une préoccupation majeure, a concédé le préfet, qui a là aussi insisté sur l’impact de la croissance démographique sur les chiffres. Nous avons aussi de gros bassins économiques, et nous devons faire face à une certaine professionnalisation des groupes de cambrioleurs, sans oublier une délinquance d’opportunité.

Ce phénomène touche surtout « les maisons inoccupées », selon le général Bernard Clouzot, patron de la gendarmerie en Haute-Garonne. Il a comptabilisé, en 2016, 120 interpellations en flagrant délit par hélicoptère, souvent spectaculaires. Et le département engrange désormais une douzaine de cambriolages par jour, rien qu’en zone gendarmerie.

> LIRE AUSSI : Encore un cambriolage déjoué en flagrant délit avec l’hélicoptère de la gendarmerie, près de Toulouse

Face à l’augmentation de ce fléau, « nous ne sommes pas restés immobiles », a insisté le préfet évoquant, outre la répression, d’importantes actions de prévention menées auprès des habitants, élus, et commerçants.

Le directeur départemental de la sécurité publique en Haute-Garonne Jean-Michel Lopez, le Procureur de la République Pierre-Yves Couilleau, le préfet Pascal Mailhos, et le général Bernard Clouzot, commandant la région de gendarmerie en Occitanie (Photo : Côté Toulouse / G.L.)
Le directeur départemental de la sécurité publique en Haute-Garonne Jean-Michel Lopez, le Procureur de la République Pierre-Yves Couilleau, le préfet Pascal Mailhos, et le général Bernard Clouzot, commandant la région de gendarmerie en Occitanie (Photo : Côté Toulouse / G.L.)

Alcoolisation excessive : plus de 70 établissements visés

Les autorités ont également fait le point sur les dérives liées à l’alcoolisation excessive, notamment les agressions sexuelles et vols avec violence.

À l’arrivée, 44 avertissements (contre 37 en 2015) ont visé des établissements pour non-respect de la règlementation (36 bars-restaurants, sept épiceries de nuit et une sandwicherie). Et 27 fermetures administratives ont été prises (14 en 2015), visant trois discothèques, 12 bars-restaurants, 11 épiceries de nuit et une sandwicherie.

Le parquet lance un appel

Insistant sur « l’augmentation du risque pénal pour les auteurs d’infractions », le procureur de la République Pierre-Yves Couilleau a enfin noté une « augmentation de 35 % du nombre de poursuites par rapport à l’an dernier ». De même, 3 117 personnes ont été déférées au parquet, soit deux fois plus qu’en 2014.

Sur « certaines catégories de délinquance », le parquet souhaite aussi développer « une réponse plus souple, mais plus rapide ». Et le procureur de lancer un appel aux employeurs : « Nous sommes à la recherche de postes de travail non rémunérés dans le cadre des alternatives à la poursuite ». À bon entendeur…

Guillaume Laurens

Rédacteur en chef adjoint
Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image