Transports Hausse des tarifs des transports en commun à Toulouse : un rassemblement prévu, jeudi

Plusieurs syndicats, collectifs et la Ligue des droits de l'Homme organisent un rassemblement, jeudi 2 mars 2017, contre la hausse des tarifs de transports en commun à Toulouse.

Publié le : 01/03/2017 à 07:12
AugmentationTarifsTisséoRassemblementToulouse
Face à la hausse des tarifs des transports en commun de Toulouse, plusieurs collectifs et la CGT appellent au rassemblement, jeudi 2 mars 2017, devant la mairie. (photo d'illustration © Tisséo)

« Ce n’est pas un rassemblement de retraités », souffle Daniel Pic, le responsable de la section « retraités » de la CGT de Haute-Garonne. Jeudi 2 mars 2017, à 11 heures place du Capitole, à Toulouse, neuf syndicats, la Ligue des droits de l’Homme et la fédération Loisirs, solidarité et retraités (LSR) de Toulouse comptent manifester leur mécontentement « sous les fenêtres de la mairie ».

La raison de cette contrariété ? La fin de certains tarifs réduits Tisséo, le tracé de la troisième ligne de métro et le « manque de service public au niveau des transports ».

> LIRE AUSSI : Toulouse. Voici les nouveaux tarifs qui vont entrer en vigueur dans les transports en 2017

Deux demandes d’entretien

Avant de penser au rassemblement, la CGT a sollicité une entrevue avec Jean-Luc Moudenc, maire Les Républicains de Toulouse, ou Jean-Michel Lattes, son premier adjoint. Leurs deux demandes seraient restées sans réponse. Le Collectif des Toulousain(e)s pour la gratuité des transports a alors publié une pétition sur Change.org, en octobre 2016. En une poignée de mois, la pétition a comptabilisé plus de 10 500 signatures. Encore un peu moins de 4 500 soutiens et le document sera remis au maire de la Ville rose.

> Retrouvez la pétition, ici <

La première demande du collectif reste le maintien de la gratuité, pour les seniors et les chômeurs. À noter : le tarif jeune pourrait également être bousculé et passer, de dix euros par mois, à 15 euros. Les Jeunes communistes avaient d’ailleurs lancé une pétition à ce sujet, il y a deux ans, depuis clôturée.

Les gens s’en sortent déjà difficilement, mais là, le maire leur met un coup sur la tête, fustige Daniel Pic.

Les tarifs susceptibles de changer

Ces nouveaux tarifs doivent être appliqués en juillet 2017. Tout d’abord, ils prévoient la hausse du tarif jeune. Ce dernier permet, depuis 2009, à la majorité des gens, âgés de moins de 26 ans, de payer un abonnement à dix euros par mois. Il est prévu qu’il augmente de cinq euros mensuels. Exception faite pour les étudiants, qui continueront à s’acquitter d’un forfait à dix euros ; tandis que les échelons sept auront gratuitement accès au service de transports en commun.

Ensuite, les détenteurs de la carte Seniors, âgés de plus de 65 ans, risquent de devoir renoncer à un privilège dont ils jouissent depuis les années 70. Pour l’été 2017, ils devront payer en fonction de leurs ressources. Si ces dernières sont supérieures au Smic, ce sera le même tarif que pour les étudiants : 15 euros par mois. S’ils touchent entre 802 euros par mois (le montant de l’Allocation de solidarité pour les personnes âgées) et le Smic, ils devront payer dix euros mensuels. Et ceux qui touchent moins de 802 euros par mois garderont la gratuité totale.

Notre rassemblement veut aussi mettre en valeur un mensonge, proféré par le maire de Toulouse, qui disait, pendant sa campagne (en 2014, ndlr), qu’il ne toucherait pas à la gratuité des transports en commun.

La notion de « service public » remise en cause

Et les chômeurs pourraient aussi être mis à contribution. Comme les seniors, ils devront s’acquitter d’un forfait à dix ou 15 euros par mois. Par contre, ceux qui disposent de revenus inférieurs à 721 euros par mois garderont le « privilège » de la gratuité. Jusqu’alors, les transports étaient gratuits pour les demandeurs d’emplois, sans distinction aucune.

Enfin, dernière hausse significative : l’augmentation de l’abonnement mensuel général. Ce dernier passerait de 46,80 euros par mois à 50 euros mensuels.

Avec ces augmentations tarifaires, Tisséo veut rattraper « l’érosion de la recette moyenne par déplacement » et espère générer dix millions d’euros de recettes supplémentaires. Actuellement, selon les chiffres du réseau de transports en commun, l’usager paierait 0,48 euros, en moyenne, sur les 3,06 euros que coûte un déplacement.

Or, pour Daniel Pic, « le principe d’un réseau de transports publics est de rendre un service, avant tout. Le budget devrait passer après ». De son côté, Romain Cujives, conseiller municipal PS, avait dénoncé, en octobre 2016 : « Une augmentation sans précédent et quasi-généralisée aura des conséquences désastreuses sur les facilités de mobilité des moins de 26 ans ».

Le tracé de la troisième ligne de métro chagrine

Autre sujet de dérangement, pour la CGT et le collectif : le tracé de la troisième ligne du métro toulousain. Actuellement, la ligne doit relier le site d’Airbus à Colomiers (Haute-Garonne) à Labège, via le site de Montaudran. D’autres tracés sont en option, notamment pour la dessert de l’aéroport de Blagnac. Seulement, pour Daniel Pic, ce projet ne couvre pas les besoins de la majorité des Toulousains.

La mairie travaille sur un projet de ligne Airbus-Airbus alors que le périphérique et la plupart des routes en direction de Toulouse sont bloquées, aux heures de pointe. C’est un manque, au niveau du service public et en matière de transport. D’autant plus que, maintenant, il est difficile de se garer gratuitement dans l’enceinte de la ville.

Et, afin de faciliter le transport des habitants de la Ville rose, le syndicaliste propose l’instauration de bus en site propre (qui circuleront sur une voie réservée aux transports en commun, ndlr).

Mais, en attendant, il espère déjà que le rassemblement touchera toutes les franges de la population toulousaine. Et d’achever : « Je le répète, ce rassemblement ne s’adresse pas qu’aux personnes retraitées, puisque l’augmentation de tarif concerne tout le monde ».

> LIRE AUSSI : Troisième ligne de métro. Positif, coups de gueule : ce qu’ont dit les Toulousains lors du débat public

En savoir plus sur la troisième ligne de métro
Cette troisième ligne de métro est un projet qui remonte aux dernières élections municipales et faisait partie des promesses de campagne de l’actuel maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc. Découvrez tous nos articles à ce sujet, en cliquant ici.

Alice Patalacci

Journaliste à Côté Toulouse.
Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image