Actualité Hausse des tarifs des péages : les routes de Toulouse et sa région sont les plus concernées

La société Vinci Autoroutes a dévoilé sa nouvelle grille tarifaire, qui entre en vigueur mercredi 1er février 2017. Les routes du Sud rencontrent l'augmentation la plus importante.

Publié le : 01/02/2017 à 16:53
Autoroute
La nouvelle grille tarifaire de Vinci Autoroutes entre en vigueur mercredi 1er février 2017. (Photo : Voix du Midi Toulouse © A.A.)

Encore une hausse des prix ! L’augmentation des tarifs aux péages entre en vigueur ce mercredi 1er février 2017. En moyenne, cette hausse est de 0,76%, mais les routes du Sud sont en tête de liste avec une augmentation de 1,197%. Elles sont suivies par le réseau Paris-Rhin-Rhône (+ 0,896%) et la Société des autoroutes du Nord et de l’Est de la France (+ 0,582%).

> LIRE AUSSI : Les tarifs des péages vont augmenter en 2017… le Sud concerné par la plus forte hausse

Au départ de Toulouse, les tarifs augmentent en moyenne de 0,10 à 0,20€ pour des villes telles que Agen, Castelnaudary ou encore en direction des Hautes-Pyrénées. En revanche, si on s’éloigne à plus de 70 km de la métropole, les automobilistes devront désormais débourser 0,40€ de plus pour se rendre à Leucate, Perpignan ou Perthus par l’A9 Ouest.

Des mesures à prendre en compte

Cette augmentation tarifaire peut s’expliquer par le gel des tarifs autoroutiers survenu en 2015, mais également par le plan d’investissement signé le 26 janvier 2017. 800 millions d’euros ont été injectés dans les infrastructures autoroutières.

Les tarifs des péages doivent prendre en compte la hausse de la redevance domaniale versée par les sociétés d’autoroutes à l’État, le coût des travaux engendrés par le plan d’investissement, ainsi que le niveau de l‘inflation. En novembre 2016, celle-ci connaissait une hausse de 0,36% sur un an.

> LIRE AUSSI : Autoroutes plus chères, conduite sans permis… Ce qui change, pour les automobilistes, en 2017

La société Vinci Autoroutes, quant à elle, parle « d’augmentations raisonnables ». En effet, elle signale qu’avant la privatisation, les augmentations étaient d’en moyenne 2,06% sur un an, alors que, dorénavant, on les estime à 1,81%.

Chloé Simon

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image