Les grands formats Le Gang des Antillais : dans les coulisses du tournage, à Toulouse

« Le Gang des Antillais », film du réalisateur Jean-Claude Barny, est actuellement en plein tournage à Toulouse. La production a ouvert ses coulisses à Côté Toulouse. Immersion.

Publié le : 11/10/2015 à 07:36
Notre grand format le gang des antillais.png
Côté Toulouse a pu passer quelques heures sur le tournage du film Le Gang des Antillais, qui sortira à l'automne 2016.

« Le Gang des Antillais » est arrivé à Toulouse ! Pas de quoi s’inquiéter pour autant, bien au contraire, car il s’agit du titre du nouveau film réalisé par Jean-Claude Barny, réalisateur de « Nèg Maron ». Et c’est Toulouse que le cinéaste a choisi comme décor métropolitain. Depuis le 28 septembre et jusqu’au 24 octobre 2015, une équipe de tournage s’est donc installée dans des locaux toulousains, à grand renfort de décors, costumes, accessoires… Du 2 au 5 novembre, elle s’envolera pour Pointe-à-Pitre, en Guadeloupe.

> LIRE AUSSI : Un mois de tournage à Toulouse pour le film Le Gang des Antillais avec Mathieu Kassovitz et Romane Bohringer

Le Paris des années 1970 à Toulouse

L’histoire est celle d’un Antillais qui débarque à Paris dans les années 1970. D’espoirs en désillusions, il va tomber peu à peu dans la délinquance et créer « Le Gang des Antillais », responsable de braquages et autres méfaits. Une adaptation du livre autobiographique éponyme de l’auteur Loïc Léry, consultant pour le film.

L’histoire est censée se passer à Paris, on a donc recréé le Paris des années 1970 à Toulouse, explique Thomas Santucci, directeur de production, qui souligne que le paysage urbain n’importe pas. Dans certains lieux à Toulouse, on a une plausibilité de la proche banlieue parisienne.

Les équipes de tournages sont venues effectuer leurs repérages dans la Ville rose entre juin et juillet 2015, avant de se décider pour les décors principaux début août. Des scènes ont depuis été tournées à proximité de la Prairie des Filtres ou du Fer à cheval. Le braquage d’un bureau de Poste a été quant à lui tourné au Bazacle…

Un film porteur d’un message

Avec son budget de deux millions d’euros, « Le Gang des Antillais » est un film à petit budget pour un long-métrage. Surtout au regard du travail de reconstitution historique nécessaire.

Le casting a été long, reconnaît également Thomas Santucci. La principale difficulté, c’est que les cinq acteurs principaux sont noirs, alors que le cinéma français ne les valorise pas énormément en général.

À l’affiche, Djedje Apali, Eriq Ebouaney, Adama Niane, Vincent Vermignon, Jocelyne Béroard, Lucien Jean Baptiste… mais aussi Mathieu Kassovitz, Romane Bohringer et bien d’autres encore.

Un certain nombre de seconds et de petits rôles ont également été attribués à des comédiens et des figurants de la région. Pour comprendre un peu mieux ce qu’ils peuvent vivre sur un tel tournage, Côté Toulouse vous emmène dans les coulisses du « Gang des Antillais ».

Johann Foucault et Amandine Briand

Découvrez notre grand format, ici :


Toulouse, 31
Photo de Amandine Briand

Amandine Briand

Rédactrice en chef Normandie-actu.fr
Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image