Lifestyle La Georgette, le couvert hybride révolutionnaire créé près de Toulouse

Ce couvert créé par Jean-Louis Orengo, naturaliste ariégeois, fait office de cuillère et de fourchette. Devenu tendance, il trône désormais sur les tables de grands chefs étoilés.

Publié le : 26/03/2017 à 12:02
Différentes Georgettes qui piquent les desserts (crédit photo : Cyril Zekser)
Différentes Georgettes qui piquent les desserts (crédit photo : Cyril Zekser) -

Se faire une place dans le traditionnel et délicat art de la table relève de la gageure. Georgette qui allie les fonctions de cuillère, de fourchette et parfois de couteau, ne cesse de séduire les professionnels du secteur.

Ce couvert atypique au nom rétro, à l’esthétique rondelette, médaillé d’or catégorie design au concours Lépine 2016, a séduit des stars de la gastronomie comme Alain Ducasse ou Hélène Darroze et trône même jusque sur les tables de l’Élysée.

Entre cuillère et fourchette

Encore assez méconnu, cet ustensile hybride (qui pique et cueille afin de goûter les plats, étale sauce et terrine, tranche grâce à son bord affûté…) est testé dans le cadre d’un projet pédagogique par les élèves du lycée professionnel Renée-Bonnet de Toulouse, lors de différents repas expérimentaux.

Lors du dernier, réalisé et servi in situ le 20 mars dernier à des chefs étoilés et des meilleurs ouvriers de France, Jean-Pierre Poulain, sociologue et directeur de l’Institut supérieur du tourisme, de l’hôtellerie et de l’alimentation (ISTHIA) à l’Université Toulouse II Jean-Jaurès, s’est enthousiasmé à propos de la Georgette « agrégateur des deux plaisirs inhérents à la gastronomie : celui d’avaler et celui de mordre ».

Le chef toulousain Frank Renimel convaincu

Parmi les étoilés, Frank Renimel, le chef du restaurant En Marge d’Aureville, qui a conçu pour ces agapes avec les élèves, œufs à la truffe, bar aux langoustines et cassoulet trois étoiles, est un adepte de longue date de ce couvert multifonctions.

Je me sers de la Georgette depuis 2007. Pour moi, ça a été un véritable coup de cœur. C’est un couvert innovant “en marge”, qui montre la créativité de la gastronomie et qui correspond à ma philosophie, à savoir le mélange des saveurs. Il est possible de mettre en bouche un aliment piqué sur les quatre dents de la fourchette tout en prenant une cuillère de sauce, le tout en une seule bouchée.

D’autres restaurateurs du Couserans poussent le bouchon plus loin, à l’instar de Paul Fontvieille, du Carré de l’Ange, à Saint-Lizier et de David Descoins du Comptoir à Montardit, qui proposent à leurs clients d’utiliser la Georgette, de l’entrée au dessert.

Tirée du Grand Nord canadien

Ce nouveau « couteau suisse » est l’œuvre de Jean-Louis Orengo. Cet ichnologue (spécialiste des empreintes d’animaux) ariégeois en a eu l’idée lors d’une expédition dans le Grand Nord canadien, à l’hiver 1988.

Afin d’alléger les traineaux, je ne voulais plus choisir entre la fourchette et la cuillère. J’ai imaginé cet instrument qui pourrait remplacer les deux en m’inspirant de l’anatomie d’une patte de blaireau, confie-t-il.

Aujourd’hui, la gamme (en inox, métal argenté et titane) compte plusieurs modèles – « Georgette demoiselle » à destination des enfants, « Georgette aventure », plus légère, utilisée pour les randonnées et d’ici deux mois, un modèle biodégradable pour tout ce qui touche aux cocktails et aux repas debout.

Mathieu Arnal

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image