Politique Présidentielle 2017. François Fillon à Toulouse au mois d'avril

Malgré le « Pénélope Gate », le candidat de la droite à l'élection présidentielle poursuit son chemin. Et s'annonce en Haute-Garonne où ses soutiens restent très mobilisés.

Publié le : 08/02/2017 à 13:21
Fillon-Belin-630x0.jpg
Jean-Marie Belin (à gauche) et son équipe accueilleront François Fillon en Haute-Garonne, début avril. (Photo : DR)

Quoique les révélations autour de l’emploi de sa femme mobilisent l’opinion et la polémique depuis plus d’une semaine, François Fillon garde son cap pour l’élection présidentielle et motive son équipe de campagne autour d’un agenda chargé pour aller à la rencontre des Français.

Le chien aboie, la caravane passe… Et elle s’arrêtera même bientôt à Toulouse. « François Fillon sera à Toulouse et en Haute-Garonne début avril », annonce Jean-Marie Belin, représentant du candidat de la droite et du centre à l’élection présidentielle 2017 pour la Haute-Garonne.

Le détail du programme de cette visite n’est pas encore connu.

Tourné vers la société civile

D’ici là, en Haute-Garonne, Jean-Marie Belin et son équipe restent pleinement mobilisés autour de la candidature de leur poulain. En plein « Pénélope Gate », la troupe filloniste locale garde malgré tout le contact avec le terrain et les citoyens.

> LIRE AUSSI : «Il ne doit pas céder » : À Toulouse, les soutiens de François Fillon sont (encore) derrière lui

Elle poursuit aussi l’ouverture vers la société civile. Membre de du conseil national de la société civile constitué autour du candidat, Jean-Marie Belin vient d’être chargé de structurer et de présider sa déclinaison départementale en Haute-Garonne.

« Il regroupera les bénévoles, les adhérents et les sympathisants de nos comités de la primaire d’une part ; les comités thématiques d’autre part. Fin février, ces comités seront alors au nombre de huit, sur sept thématiques : femmes, jeunes, mid-génération, entrepreneurs, familles, étudiants et agriculteurs. Ils diffuseront les propositions du candidat, travailleront sur son projet pour proposer des améliorations ou des amendements, et lui remonteront l’état de l’opinion publique et les réactions de la société civile », détaille Jean-Marie Belin.

Une stratégie épousant au cordeau la volonté de François Fillon résumée par une phrase lâchée lors de sa conférence de presse, lundi 6 février 2017 : « Je ne suis pas le candidat d’un parti, je suis maintenant face aux Français ; et je suis face aux Français, parce que j’ai été désigné à la primaire ! »

Photo de Pascal Pallas

Pascal Pallas

Editeur / Rédacteur en chef
Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image