Faits-divers Il avait très « envie de fumer » : un homme interpellé ivre au volant, à Toulouse

Un homme, auteur d'un accident, a été interpellé par les policiers de Toulouse, dimanche 19 mars 2017. Ivre et non-détenteur du permis, il disait avoir « envie de fumer ». Récit.

Publié le : 20/03/2017 à 14:00
IvreVolantToulouseFumer
Un homme a été interpellé, après avoir causé un accident, ivre au volant et roulant sans permis, parce qu'il avait « envie de fumer », samedi 19 mars 2017. (photo d'illustration © Fotolia)

L’envie de fumer a été la plus forte. Dimanche 19 mars 2017, vers 18 h 45, les policiers de la brigade du Mirail ont été appelés sur un accident de la route matériel, rue Vestrepain, à Toulouse. L’automobiliste mis en cause serait ivre et roulerait sans assurance, selon les premiers éléments qui leur sont communiqués.

Plus de deux grammes d’alcool dans le sang

À leur arrivée sur les lieux de l’accident, les policiers ont découvert une Ford Fiesta, garée sur le bas-côté et abîmée à l’avant, son conducteur titubant à ses côtés. Ils se sont alors approchés de lui pour l’interpeller, recevant au passage une salve d’insultes, également adressée aux témoins de l’accident.

« Je vais vous crever ! », aurait lancé l’homme à l’attention des forces de l’ordre. Après l’avoir arrêté, ces derniers l’ont soumis deux fois à un test d’alcoolémie, car il ne soufflait pas assez fort, précise une source policière. À la troisième tentative, il a tout simplement refusé de continuer à souffler dans l’éthylomètre.

Les policiers ont tout de même retenu un taux de 1,11 milligramme d’alcool par litre d’air expiré, soit environ 2,22 grammes par litre de sang.

Cinq chefs d’accusation

Déjà connu des services de police pour des faits d’alcoolémie, le jeune homme a été conduit en garde à vue pour « conduite en état d’ivresse », « défaut de permis », « défaut d’assurance », « non changement de la carte grise » et « menaces de mort sur personne dépositaire de l’autorité publique ».

Entendu par les enquêteurs dimanche, ces derniers lui ont demandé s’il savait qu’il n’était pas en condition de prendre le volant.

Oui, mais j’avais envie de fumer, a-t-il répondu.

Prendre la voiture était plus rapide que d’y aller à pieds, selon le mis en cause. Une hypothèse qui ne s’est finalement pas vérifiée, puisqu’il a fini son week-end au commissariat central de la Ville rose.

Alice Patalacci

Journaliste à Côté Toulouse.
Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image