Actualité [En images] Cinq ans après, Toulouse a rendu de vibrants hommages aux victimes de Mohamed Merah

Dimanche 19 mars, le ministre de l'Intérieur Bruno Le Roux était à Toulouse pour commémorer les cinq ans des attentats de Mohamed Merah. Retour sur une journée chargée en émotion.

Publié le : 19/03/2017 à 16:48
Merah, 19 mars, attentats, Toulouse, Bruno le Roux, cérémonie, hommage
Cinq ans après, Toulouse a rendu hommage aux sept victimes de Mohamed Merah (Photo : DR)

Le 19 mars sera à jamais le jour du deuil, de la tragédie à Toulouse. Cinq ans après le périple meurtrier de Mohamed Merah à Montauban et Toulouse, qui a fait sept victimes (Gabriel, Arieh et Jonathan Sandler, Myriam Monsonego, Abel Chennouf, Mohamed Legouad et Imad Ibn Ziaten), la Ville rose a rendu deux vibrants hommages, en présence de nombreux élus, de citoyens et du ministre de l’Intérieur Bruno Le Roux, dimanche 19 mars 2017.

> LIRE AUSSI : Hommage aux victimes de Mohamed Merah, à Toulouse : le programme de la journée

« La République n’oublie pas »

Dans la matinée, une oeuvre en hommage aux victimes a été dévoilée dans la cour de l’école Ohr Torah (qui s’appellait Ozar Hatorah au moment des attentats).

Des Français juifs assassinés parce qu’ils étaient juifs. Des militaires français, tombant sous les balles parce qu’ils portaient l’uniforme. Comme vous, la République n’oublie pas, a rappelé Bruno le Roux au cours d’un discours.


« Le désespoir nous aspire »

En milieu de journée, une cérémonie de dépôts de gerbes s’est déroulée dans le silence, avec la lecture du nom des victimes du tueur au scooter. « Cinq ans que notre vie s’est arrêtée, que notre calendrier ne porte qu’une seule date. Le désespoir nous aspire », a souligné Yacoov Monsonégo, le père de Myriam, qui s’exprimait pour la première fois lors d’une cérémonie officielle comme le rapportent nos confrères de l’AFP.

> LIRE AUSSI : Les confessions bouleversantes du père de Myriam Monsonego, dans une interview à l’AFP

Une minute de silence au meeting de Hamon

Dans l’après-midi, Benoît Hamon, à l’occasion de son grand meeting parisien à Bercy, a demandé une minute de silence en mémoire de toutes les victimes du terrorisme, dimanche 19 mars.

Photo de Anthony Assemat

Anthony Assemat

Journaliste, chef d'édition à Côté Toulouse
Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image