Toulouse Urinoirs à ciel ouvert, nuisances sonores : c'est la carte des points noirs au centre-ville de Toulouse

Au centre-ville de Toulouse, de plus en plus de lieux, au-delà de la place Saint-Pierre, suscitent des plaintes de la part des riverains. Voici la carte de ces points noirs.

Dernière mise à jour : 02/07/2015 à 13:39
20140124_225755_resized.jpg
La rue des Paradoux, place forte de la vie nocturne à Toulouse (Photo David Saint-Sernin)

« Au niveau des décibels, Toulouse, c’est Fukushima. ». Raimon Noël, le vice-président de l’association Bien Vivre à Toulouse Centre qui veut lutter contre les nuisances sonores, n’y va pas par quatre chemins. Ces mots, pesés au gramme près, traduisent un vrai malaise auprès des riverains. Un malaise qui transpirait depuis bien des années dans plusieurs quartiers mais qui est en passe  de se transformer en véritable fronde généralisée des habitants.

Pour toucher le malaise de plus près, il suffit de se plonger dans un sondage de l’hebdomadaire Le Point, en date de 2013.

Toulouse, ville où il fait bon vivre pour les jeunes, moins chez les seniors…

À l’époque, Toulouse était classée par les plus jeunes première du palmarès des « 50 villes où il fait bon vivre ». Elle reculait au 6e rang dans la catégorie des « villes familiales » avant de redescendre au…21e rang chez les seniors. Traduction : si le centre-ville de Toulouse est le terrain idoine pour faire la fête et donc, à ce titre, est un lieu plébiscité par les étudiants, il est devenu un terrain miné pour la majorité des habitants qui peuvent aussi bien vivre très tranquillement comme vivre un véritable cauchemar.

Les lieux de la fête sont connus depuis des années. Il y a la place Saint-Pierre, le quai de La Daurade et la rue Pargaminières, véritable périmètre de la vie nocturne toulousaine, « rues de la soif » et sources de plaintes multiples de la part de riverains. Et cela depuis des années.

Chez Tonton, un lieu privilégié des festayres sur la place Saint-Pierre (Photo Archives Côté Toulouse)
Chez Tonton, un lieu privilégié des festayres sur la place Saint-Pierre (Photo Archives Côté Toulouse)

La place des Tiercelettes à Arnaud-Bernard est aussi sous surveillance depuis des lustres avec des fêtes qui se terminent bien souvent dans les effluves d’alcool et le vacarme.

Sur son site Internet, l’association Bien Vivre au Centre Ville de Toulouse fait appel à ses adhérents pour enrichir la liste et cibler plus précisément ces lieux de cauchemars perpétuels. Et ainsi constituer une carte des nuisances sonores et des lieux de tensions. Elle le souhaite comme « un observatoire permanent actualisé en temps réel des lieux de tension et de désordre en centre-ville ».

Découvrez cette carte qui va certainement continuer de s’enrichir ces prochaines semaines :
(cliquez sur l’image pour avoir accès à la carte interactive)

 

Cliquez sur l'image pour accéder à la carte interactive.
Cliquez sur l'image pour accéder à la carte interactive.

Après quelques mois de relevés, les points noirs sont déjà bien établis. L’association ne revient pas sur les lieux déjà cités plus haut ni même sur la rue Gabriel Péri qui, en l’espace de dix ans, est devenue une artère incontournable des bombances nocturnes.

Un axe de nuisance, place de la Trinité, place des Carmes, rue des Filatiers

En revanche, les remontées des riverains tracent plusieurs axes chauds.

En premier lieu celui de la place de la Trinité dont sont issus plusieurs membres de l’association qui y dénoncent des nuisances sonores sensibles, des attroupements nocturnes, des nuisances olfactives et la décrive comme un urinoir à ciel ouvert.

On retrouve également dans cette carte la rue des Filatiers (étendue de ses terrasses, des nuisances sonores très sensibles et des attroupements nocturnes), la place des Carmes (nuisances sonores tes sensibles), la rue Saint Rome (nuisances sonores très sensibles), la rue de la Pomme (trottoirs et vitrines maculés en fin de nuit), la rue Bayard (établissement de nuit extrêmement bruyant) et la rue des Gestes.

Toulouse, 31
Photo de David Saint-Sernin

David Saint-Sernin

Journaliste
Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image