Insolite À Toulouse, une entreprise est à la pointe dans la sauvegarde des rhinocéros en Afrique

Basée à Toulouse, l'entreprise Sigfox a développé un système de suivi à distance des rhinocéros grâce à des capteurs connectés à son réseau. On vous explique tout.

Publié le : 28/02/2017 à 16:51
Le Toulousain Sigfox équipe dix rhinocéros avec des capteurs connectés à son réseau. (Photo Sigfox Foundation / FRP Edelman)
Le Toulousain Sigfox équipe dix rhinocéros avec des capteurs connectés à son réseau. (Photo Sigfox Foundation / FRP Edelman)

On ne compte plus que 29 000 rhinocéros dans le monde, contre 70 000 il y a 50 ans… Il y a urgence : selon l’organisation Save the Rhino, l’espèce pourrait même disparaître d’ici dix ans.

Pour protéger les rhinocéros, la fondation de l’entreprise toulousaine Sigfox a développé un nouveau système de suivi à distance. Dix rhinocéros vivant en milieu naturel sont équipés de capteurs connectés à son réseau. L’expérimentation est en cours depuis six mois en Afrique.

Ces capteurs permettent de mieux comprendre le comportement de l’animal en mesurant la température, le rythme cardiaque, détaille Marion Moreau, directrice de Sigfox Foundation. L’objectif, à terme, est de pouvoir connecter l’ensemble des rhinocéros. Ces derniers sont victimes d’un sévère braconnage. Leurs cornes sont très prisées sur le marché asiatique en raison des effets aphrodisiaques supposés. Le kilo de poudre de corne est estimé à près de 100 000 dollars.

> LIRE AUSSI : Sigfox veut faire de Toulouse la Silicon Valley des objets connectés

Pour ce faire, Sigfox Foundation s’est alliée à trois grandes organisations internationales de conservation et de protection des rhinocéros : International Rhino Foundation (USA), Save the Rhino (UK), et Lowveld Rhino Trust (Afrique).

Grâce à un système de suivi à distance sécurisé et connecté au réseau Sigfox, les équipes d’une réserve africaine suivent désormais les déplacements de dix rhinocéros noirs et blancs dans leur environnement naturel, peut-on lire dans un communiqué de presse en date du 28 février 2017.

L’objectif est d’équiper un plus grand nombre de rhinocéros

La première phase de l’expérimentation, baptisée « Now Rhinos Speak », s’est déroulée de juillet 2016 à février 2017, dans une réserve naturelle du sud de l’Afrique, abritant 450 rhinocéros sauvages. L’autonomie du capteur est estimée entre 1 et 3 ans, et son coût est évalué aujourd’hui à 30 dollars.

> LIRE AUSSI : Toulouse choisie par l’Europe pour surveiller nos océans

Contrairement au radio-tracking VHF qui nécessite une intervention humaine constante pour capter le signal radio, ainsi qu’une antenne directionnelle pour suivre ce signal et déterminer la position du rhinocéros, le dispositif développé par Sigfox Foundation permet le téléchargement automatisé des positions GPS à des intervalles précis, explique Raoul du Toit, directeur de la fondation afriquaine Loweld Rhino Trust.

Les prochaines opérations ont été planifiées pour équiper un plus grand nombre de rhinocéros de la réserve, avec de nouveaux capteurs longue durée.

Hugues-Olivier Dumez

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image