Actualité Réchauffement climatique. Ségolène Royal lance la mission Microcarb au Cnes de Toulouse

En déplacement à Toulouse, Ségolène Royal a lancé la mission scientifique Microcarb, un micro-satellite capable de mesurer les émissions de CO2 à l'échelle planétaire. Détails.

Publié le : 10/03/2017 à 18:47
bpc_microcarb-satellite.png
Le micro-satellite Microcarb devrait être lancé en 2020. (photo © CNES/Illustration Oliver Sattler 2015)

Mieux mesurer la concentration du principal gaz à effet de serre (le CO2) à l’échelle planétaire pour lutter contre le réchauffement climatique, tel est l’objectif de la mission Microcarb. En déplacement au Cnes de Toulouse, la ministre de l’Écologie, du développement durable et de l’énergie Ségolène Royal a annoncé, vendredi 10 mars 2017, un financement de 75 millions d’euros – accordé par la France à travers les programme d’investissements d’avenir – pour la phase de réalisation de ce projet.

C’est une fierté de lancer la réalisation de ce satellite français, qui doit permettre de construire une vision partagée de notre petite planète et travailler tous ensemble à sa protection et à sa réparation, a-t-elle déclaré lors de sa visite au Cnes de Toulouse. 

Anticiper les conséquences du changement climatique

Ce micro-satellite d’une précision extrême, développé au Cnes, aura pour objectif de cartographier, à l’échelle planétaire, les sources des émissions de gaz carbonique (CO2), afin d’en comprendre leurs origines, d’améliorer leur mesure et ainsi d’anticiper et de réagir face aux conséquences du changement climatique. Ce petit cube de 60 centimètres de côté, dont le lancement dans l’espace est prévu pour 2020, sera arrimé à une plateforme baptisée Myriade, qui transmettra les informations collectées aux équipes au sol.

Aussi surprenant que cela puisse paraître, on ne connaît pas aujourd’hui les quantités de CO2 absorbées ou émises dans certaines régions par manque de stations de mesures terrestres. Ni comment elles varient au fil des saisons. Ces informations sont pourtant cruciales pour comprendre les origines et impacts du réchauffement climatique, explique le Cnes.

Le premier satellite européen de ce type, dans l’espace

Mis en orbite basse, au-dessus des pôles, Microcarb s’alimentera en énergie grâce à la lumière solaire, pourra balayer la surface du globe en deux semaines, et permettra de connaître les émissions en CO2 rejetées par les villes, la végétation et l’océan. Cette mission s’inscrit dans la continuité de l’accord de Paris sur le climat, signé à l’issue de la Cop21 de décembre 2015 et entré en vigueur en novembre 2016. La ministre en a d’ailleurs profité pour rappeler le travail de la communauté scientifique française dans son ensemble.

Après le Japon, la Nasa et la Chine… 

En 2020, Microcarb prendra ainsi la relève des satellites lancés successivement par le Japon (2009), la NASA (2014), le Japon et la Chine (2016). « Un moment historique », Microcarb étant le « premier satellite européen de mesure d’émission de CO2 atmosphérique », s’est félicitée Ségolène Royal lors de son intervention au Cnes.

Photo de Mylène Renoult

Mylène Renoult

Journaliste Côté Toulouse
Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image