Économie One-man-show. Un palmarès salue la réussite des Chevaliers du Fiel en 2016

Selon le palmarès des « Français les mieux payés » établi par le magazine Capital, le duo toulousain aurait réalisé 8 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2016. Explications.

Publié le : 14/03/2017 à 15:57
Chevaliers du Fiel, Capital, magazine, palmarès, argent, chiffre d'affaires
Selon Capital, les Chevaliers du Fiel auraient réalisé un chiffre d'affaires de huit millions d'euros en 2016 (Photo : C8)

Télé, scène, radio… Tout sourit au duo toulousain des Chevaliers du Fiel. Conséquence : la météo économique est aussi au soleil.

Dans son édition de mars 2017, le magazine économique Capital a établi le palmarès des « Français les mieux payés » en 2016. Showbiz, sportifs, grands patrons… Le palmarès dresse un état des lieux global de ces réussites made in France qui, derrière ces chiffres importants, sont aussi synonymes de milliers, voire de millions d’emploi dans leurs secteurs d’activité respectifs.

Derrière Gad Elmaleh et Kev Adams

Dans le classement des « plus gros chiffres d’affaires du one-man-show en 2016 », Les Chevaliers du Fiel, formés par Eric Carrière et Francis Ginibre, tirent leur épingle du jeu. Selon Capital, « la société de production du duo toulousain a enregistré près de huit millions d’euros de chiffre d’affaires en 2016. Sans compter leurs revenus télé, sur C8, qui ont explosé ».

Les Chevaliers arrivent troisièmes de ce palmarès, derrière Gad Elmaleh et Kev Adams (12 millions d’euros chacun), et devant l’humoriste-imitateur tout terrain Laurent Gerra (4 millions d’euros) et Valérie Lemercier (deux millions).

Contactés, les Chevaliers du Fiel n’ont pas donné suite à nos sollicitations. Précisons que le chiffre d’affaires ne correspond en aucun cas au salaire. De fait, les Chevaliers du Fiel ont prouvé ces dernières années leur attachement à Toulouse.

Des paroles… et des actes, puisque les Chevaliers, qui ne dépendent pratiquement pas des subventions publiques, ont ouvert deux salles de spectacles (la Comédie de Toulouse et le Rex de Toulouse), un kiosque de vente de billets à Jeanne d’Arc en novembre 2016 et créé le festival des Fous Rires de Toulouse en 2016 (édition qui fera son retour du 10 au 21 mai 2017). Un ré-investissement local – comme de vrais chefs d’entreprise – pourvoyeur d’emplois, faut-il le rappeler.

> LIRE AUSSI : Grâce aux Chevaliers du Fiel, le kiosque de Jeanne d’Arc renaît avec des places de spectacles à prix cassés

Mais aussi : le directeur des ventes d’Airbus et Gaël Clichy

Dans les autres catégories, peu de Toulousains ressortent du lot. Tout juste peut-on signaler la présence du directeur des ventes d’Airbus, John Leahy, dans le classement des « cadres d’élite » (avec une rémunération annuelle qui avoisinerait le million d’euros selon le magazine) ou encore le footballeur de Manchester City Gaêl Clichy, passé par plusieurs clubs de la banlieue toulousaine et par le centre de formation de Castelmaurou.

Chez les sportifs, ce dernier pointe à la 17e place, entre deux autres footballeurs, le gardien de but de Tottenham (Angleterre) et de l’équipe de France, Hugo Lloris, et le milieu de terrain de Crystal Palace (Angleterre) Yohan Cabaye. Selon Capital, le joueur né et formé à Toulouse, international à 19 reprises, aurait perçu près de six millions d’euros.

Photo de Anthony Assemat

Anthony Assemat

Journaliste, chef d'édition à Côté Toulouse
Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image