Régionales 2015 Carole Delga (PS) quittera le gouvernement en juin pour préparer les élections régionales

Manuel Valls a annoncé, vendredi 27 mars, que Carole Delga, désignée tête de liste pour les élections régionales en Midi-Pyrénées/Languedoc-Roussillon démissionnera en juin.

Publié le : 27/03/2015 à 16:19
Delga-Carole-©DR.jpg
Carole Delga est secrétaire d'Etat au commerce, à l'artisanat et au tourisme

À l’occasion d’une interview su I-Télé, vendredi 27 mars 2015, le premier ministre Manuel Valls a annoncé que Carole Delga démissionnera du gouvernement au mois de juin pour se concentrer sur les élections régionales qui se dérouleront au mois de décembre.

Impossible d’assurer les deux responsabilités

La secrétaire d’État au commerce, à l’artisanat et au tourisme avait annoncé dès le mois de janvier sa candidature à l’investiture pour les élections régionales et sa volonté de démissionner du gouvernement. « Parce que je ne crois pas possible et encore moins sincère de concilier mon activité gouvernementale et une campagne électorale sur le terrain, je démissionnerai », expliquait récemment Carole Delga dans une interview à Côté Toulouse.

> LIRE AUSSI: Carole Delga: « Notre région doit être une terre d’excellence »

Elle assurait alors n’avoir pris aucune décision quant à la date de cette démission, souhaitant prendre le temps de pousser plusieurs dossiers gouvernementaux à terme et attendant de connaître le calendrier précis du PS pour les élections régionales.

Pour la présidence de région

Carole Delga est entrée au gouvernement le 3 juin 2014 après la démission de Valérie Fourneyron pour raison de santé. Elle était alors députée du Comminges depuis deux ans, après avoir été conseillère régionale de Midi-Pyrénées. De 2008 à 2014, elle a également été maire de Martres-Tolosane en Comminges.

Âgée de 44 ans, Carole Delga conduira les chances du Parti socialiste en décembre prochain dans la grande région Midi-Pyrénées/Languedoc Roussillon. Habilement alliée au président sortant de Languedoc-Roussillon, Damien Alary, et adoubée par le sortant de Midi-Pyrénées Martin Malvy, elle affrontera une droite qui a l’intention de s’unir au centre dès le premier tour ainsi que Louis Aliot, candidat déclaré pour le FN. Elle devrait par ailleurs subir la concurrence de la gauche non socialiste, laquelle examine aujourd’hui la possibilité d’une union entre ses différentes composantes derrière un candidat connu et fédérateur.

Photo de Pascal Pallas

Pascal Pallas

Editeur / Rédacteur en chef
Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image