Balma: Alain Fillola (PS) fait condamner Vincent Terrail-Novès (UMP)

Le maire de Balma poursuivait son opposant pour diffamation. Le TGI de Toulouse lui a donné raison en condamnant Vincent Novès à une lourde amende.

Dernière mise à jour : 12/01/2013 à 18:07
fillolanovesbalma
Alain Fillola, maire PS de Balma (à gauche) et son adversaire politique Vincent Terrail-Novès (UMP) - © DR.

Le 28 décembre dernier, Vincent Terrail-Novès, conseiller municipal UMP de Balma et jeune espoir de la droite midi-pyrénéenne, ainsi que deux autres membres de l’opposition au maire de Balma, Corinne Riba et Bernard Godard, ont été condamné par la 4e chambre du tribunal de grande instance (TGI) de Toulouse.Reconnus coupables de diffamation à l’encontre d’Alain Fillola, ils sont condamnés à verser 7500 euros de dommages et intérêts et 2000 euros de frais de justice à Alain Fillola.Ce dernier avait assigné ses opposants pour injures et diffamations devant le TGI de Toulouse, le 17 octobre dernier, à la suite de plusieurs articles diffusés par le groupe politique de Vincent Terrail-Novès, “Balma à coeur”, sur son support internet et dans le bulletin municipal de Balma, le magazine Balma Info, courant septembre.Evoquant la politique immobilière de la commune de Balma, les opposants d’Alain Fillola avait qualifié celui-ci de “maire de la promotion immobilière” et mis en perspective le fait qu’il est président de la société Oppidea, structure chargée par la communauté urbaine Toulouse Métropole de la construction d’équipements publics et du renouvelle urbain…  Ils défendaient encore que le Plan local d’urbanisme (PLU) de Balma soutenait davantage les intérêts des promoteurs que des habitants de la commune.Si le caractère injurieux des propos n’a pas été retenu par le tribunal, Mme le juge Nicolas a estimé que certaines “allégations et imputations, portent d’évidence et incontestablement atteinte à l’honneur et à la considération du maire de la ville». Elle a estimé que le cadre légal du débat public et d’intérêt général était dépassé et rejeté l’excuse de bonne foi plaidé par le défenseur de Vincent Terrail-Novès.Fillola satisfait, Novès surprisAlain Fillola et son équipe municipale se sont déclarés très heureux de la décision du TGI de Toulouse.”L’intégralité des sommes obtenus sera reversée au centre communal d’action sociale (CCAS) comme je m’y étais engagé au début de la procédure», assure Alain Fillola.De son côté, Vincent Terrail-Novès se dit “très surpris par ce jugement» et a décidé de faire appel.Quoiqu’il en soit, les deux adversaires croiseront une nouvelle fois le fer dès le mois de septembre et le début très probable de la campagne des municipales chez l’un comme chez l’autre.Dans cette ville où le candidat Nicolas Sarkozy à mieux résisté qu’ailleurs dans la région toulousaine le 6 mai dernier, c’est un sacré duel qui s’annonce. “Sous le signe du respect et de la vérité, j’y veillerai», prévient Alain Fillola !

Photo de Pascal Pallas

Pascal Pallas

Rédacteur en chef