Tribune Aujourd'hui Sivens, demain...

Face aux grands projets, les méthodes de contestations citoyennes évoluent et ont de quoi inquiéter les futurs grands chantiers comme celui de la LGV.

Publié le : 06/11/2014 à 17:05
Pallasok-copie

Du côté de Sivens, où se conteste un projet de barrage de retenue d’eau, l’émotion a pris le pas sur toute autre forme de raisonnement.Ce n’est pas à condamner tellement la mort de Rémi Fraisse, tué sur ce front de contestation où il était venu en pacifiste, nous frappe d’horreur.Mais elle nous écarte sans doute trop de ce qu’il faut retenir de la manière dont ce projet devient un véritable fiasco et des leçons qu’il faut en tirer.Il faut parler de fiasco dès lors que la puissance publique, incarnant l’intérêt général, recule sur un projet préparé depuis 25 ans, face à un collectif de 200 manifestants actif depuis 25 jours…Il ne s’agit pas de régler, ces 25 prochaines lignes, la bataille d’experts jugeant de la pertinence ou pas de ce projet. Il s’agit de dire que notre démocratie a des procédures d’enquêtes puis de recours publics en mesure de débattre puis, éventuellement, d’imposer un moratoire à un projet et même de l’arrêter si est établie, par la justice, l’absence d’utilité publique.Dans le cas de Sivens, l’enquête publique s’est déroulée sans heurts en 2012 et deux recours déposés ont été déboutés par le tribunal administratif. Pour autant, il a été fait peu cas de ces préalables démocratiques…

« Il faut lire dans les événements de Sivens ce qui attend les grands projets futurs comme la LGV 

Ce n’est pas la première fois – on se rappelle du projet d’aéroport Notre-Dame-des-Landes – et sans doute pas la dernière. C’est ce qui doit nous interpeller car il est à craindre que, désormais, chaque grand projet d’infrastructure appelle les mêmes méthodes.Il faut lire dans les événements de Sivens une projection de ce qui pourrait attendre de grands projets futurs tel le projet de Ligne à grande vitesse (LGV) Paris-Toulouse.Projet dont l’enquête publique est, du reste, en cours, sans qu’aucun opposant ou presque, entendu hier et avant-hier dans l’arène politique ou les médias, ne viennent y débattre !Projet dont les équivalents en construction sont autant de cibles d’opposants. Ceux-ci sont déjà en travers des rails sur le chantier de la LGV Lyon-Turin, d’autres arrivent sur le segment Tours-Bordeaux, portion de la ligne Paris-Toulouse…Autant d’exemples qui, s’ajoutant à l’actualité de Sivens, doivent forcer État et collectivités territoriales à envisager une réforme de nos procédures de concertation vers davantage de démocratie participative (jusqu’au référendum ?) ou, dans le cas contraire, à imposer l’autorité de nos procédures en vigueur, seules garantes de l’intérêt général.

Photo de Pascal Pallas

Pascal Pallas

Editeur / Rédacteur en chef
Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image