Actualité Aéroport de Toulouse. Pour Emmanuel Macron, « Casil Europe n'est pas un fond rapace »

Sur Mediapart, Emmanuel Macron est revenu sur la vente polémique d'une partie de la société Aéroport Toulouse-Blagnac et a défendu le bilan de l'opération.

Publié le : 03/11/2016 à 14:12
emmanuel macron wikimedia
Emmanuel Macron est revenu sur la vente de la société gestionnaire de l'aéroport de Toulouse-Blagnac (Photo Wikimedia/Gouvernement Français)

L’ancien ministre de l’Économie, Emmanuel Macron, était l’invité, mercredi 2 novembre 2016, de l’émission politique de Mediapart. Le site d’information, qui depuis des mois suit de près la vente d’une partie de la société gestionnaire de l’aéroport de Toulouse, est revenu sur l’opération, pilotée à l’époque par le mouvement En Marche !

> LIRE AUSSI : Privatisation de l’aéroport Toulouse-Blagnac : l’État cède officiellement la majorité de ses parts

Interrogé sur ce que les opposants dénoncent comme une privatisation, Emmanuel Macron a défendu la vente de 49,9% du capital d’ATB ainsi que le nouvel actionnaire chinois, Casil Europe.

L’immobilier, l’emprise foncière, la sécurité et tout ce qui relève du régalien, l’État continue à l’assurer, a ainsi déclaré l’ancien ministre.

Voir la déclaration d’Emmanuel Macron, interrogé par Mediapart :

« Une situation héritée »

Ce dernier a par ailleurs rappelé son action sur le sujet en prenant soin de souligner qu’il avait hérité d’une situation signée par son prédécesseur Arnaud Montebourg.

Au moment où je suis arrivé, les offres étaient déjà sur la table sans qu’un cahier des charges précis n’ait été publié. Celle de la société chinoise était nettement supérieure et pourtant, nous avons largement revu ce montant et retravaillé avec les collectivités locales pour modifier la gouvernance pour mieux préserver leurs droits.

Lors de la dernière assemblée générale des actionnaires, une minorité de blocage a ainsi été accordée aux collectivités locales ainsi qu’à la CCI.

Emmanuel Macron a également balayé les accusations visant Casil Europe et la qualifiant de « fond rapace », après la polémique sur le versement de dividendes. Pour l’ancien ministre, il n’y a pas de polémique puisque ce versement s’accompagne d’un plan d’investissements.

> LIRE AUSSI : Aéroport de Toulouse. Les actionnaires se versent 15 millions d’euros de dividendes

Photo de Xavier  Lalu

Xavier Lalu

Journaliste, chef de projet à Côté Toulouse
Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image